23/07/2016

Eh bien dansons maintenant !, Karine Lambert, Lattès

Dansons.jpg

 

Pourquoi vivre encore quand l’autre s’éteint après cinquante de vie commune ? Quelles joies, quel bonheur espérer encore lorsque, à près de 80 ans, on se retrouve seul ?

L’espoir d’être à nouveau heureux un jour, Marcel et Marguerite l’ont perdu quelques mois plus tôt. Marcel ne peut imaginer sa vie sans Nora ; Marguerite est perdue sans Henri qui a dirigé sa vie depuis leur mariage. Amour d’enfance ou de convenance, il est le seul qu’ils aient connu et, à leur âge, on ne croit plus aux secondes chances.

Et pourtant – un concours de circonstances, le hasard, le destin ? – Marcel et Marguerite se rencontrent lors d’une cure thermale à Bagnères-de-Bigorre. Marcel est séduit par cette petite dame élégante, Marguerite est émue comme une adolescente. Les deux tourtereaux retrouvent la joie de vivre l’un auprès de l’autre. Mais cet amour naissant n’est pas du goût de leurs enfants : le fils de Marguerite, particulièrement, ne supporte pas les fantaisies de sa mère, sa manière de déroger aux cadres posés par son père défunt, et il est bien décidé à rétablir l’ordre.

Karine Lambert nous offre une belle histoire d’amour, hors des sentiers battus. Car oui, on peut aimer à 70, 80, 90 ans. N’en déplaise aux rabat-joie, aux bien-pensants ou aux enfants déboussolés de voir leurs parents vieillissants s’octroyer le droit de vivre encore et d’être heureux. Un roman qui fait sourire, mais aussi réfléchir sur notre manière d’aborder le vieillissement dans notre société.

11:21 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans JC Lattès, Romans | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : amour, vieillissement |  Facebook |

14/07/2016

Dans les prairies étoilées, Marie-Sabine Roger, éd. du Rouergue

CVT_Dans-les-prairies-etoilees_9211.jpg

Se plonger dans un livre de Marie-Sabine Roger, c’est se lover dans un cocon de tendresse, s’immerger dans un univers d’humour, de fantaisie et de poésie. Dans les prairies étoilées, son dernier roman, n’y fait pas exception.

Merlin, auteur de la série de BD à succès, Jim Oregon, et Prune, sa compagne, viennent d’acquérir la maison de leurs rêves. Un gouffre financier certainement, mais qui les comble de joie.

Six mois de bonheur passent. C’est alors que.

C’est alors que Laurent, le meilleur ami de Merlin et inspirateur de Jim Oregon, casse sa pipe à 75 balais. Un coup dur pour Merlin, d’autant que Laurent lui a laissé dans une lettre ses dernières volontés au sujet de son double de papier. Comment rester fidèle à son ami tout en respectant sa liberté d’artiste ? Un vrai dilemme.

Autour de Merlin, toute une ribambelle de personnages attachants et haut en couleur – de l’Oncle Albert qui a la manie de téléphoner aux aurores, à Lolie la taxiteuse, en passant par Tante Foune qui n’a jamais compris la signification de son surnom –, des chats tout aussi singuliers, répondant aux doux noms de Cirrhose et Chausson, et une galerie de héros imaginaires qui n’hésitent pas à donner la réplique à leur créateur.

12:57 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Romans, Rouergue | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : création, amitié |  Facebook |

29/06/2016

Le miroir des illusions, Vincent Engel, éd. Les escales

engel.jpg

Vincent Engel est un auteur qu'on ne présente plus, professeur à l'UCL, chroniqueur au journal Le Soir, il publie un nouveau roman dont l'action se passe comme souvent dans ses romans, en Toscane.
Nous sommes en 1849 à Genève où Atanasio reçoit d'un notaire la missive de son père décédé lui demandant de le venger avant de pouvoir hériter de la fortune familiale.
Le père en question est le Prince Giancarlo Malcessati, milanais et éleveur de chevaux qui a épousé la jeune vénitienne Alba Acotanto, fille de obscur prince désargenté en échange d'argent pour réparer son palais vénitien. Mais la jeune femme n'aime pas ce mari âgé qui l'emmène loin de sa ville bien aimée.
Un jour, elle est sauvée des griffes de malfrats grâce à un jeune allemand, Wolfgang, et en devient la maîtresse. Mais celui-ci se révèle peu à peu violent et cupide surtout quand il apprend qu’Alba attend un enfant de lui. Se rendant compte de son erreur et essayant d’échapper à cet homme qui l’a poussé à empoisonner son mari, elle s’enfuit avec ce dernier en Suisse. Mais Wolfgang les retrouve et, malgré la tentative d’Alba d’éliminer définitivement cet amant encombrant, Wolfgang survit sous une autre identité et fomente lui aussi une vengeance diabolique contre Alba, son mari et sa descendance.

L’histoire est bien menée et tient en haleine jusqu’au bout avec des retournements de situation et des révélations qui surprendront le lecteur jusqu’à la dernière page.

16:33 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Les Escales, Romans | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature belge, vincent engel, auteur belge |  Facebook |

Horaire des vacances

vacances.jpg

 

Attention durant les vacances,

nous fermons à 18h tous les jours

et la librairie est fermée toute la journée du lundi.

 

Les congés annuels sont du 31 juillet au 16 août inclus.

 

 

12:34 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Actualité et animations | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : horaire, vacances |  Facebook |

18/06/2016

Des auteurs belges.

 

 

iKyreille.jpgAprès "La route des coquelicot", Véronique Biefnot et Francis Dannemark ont continué l'expérience de l'écriture à quatre mains et ont sorti en février un nouveau roman intitulé "Kyrielle blues", toujours aux éditions Le Castor Astral.

Kyrielle blues c'est l'histoire tout en musique de la découverte d'un père car finalement, son père, Nina ne le connaissait pas vraiment. Musicien de jazz de profession, il était plus souvent sur les routes qu'auprès d'elle. Elle va le connaître au travers de la kyrielle d'objet qu'il lui laisse dans sa maison de Hazebrouck.

Au passage, elle va se découvrir un frère, une passion commune pour la musique et l'envie de changer de vie.

Une lecture tout en musique donc, je vous le disais, mais aussi en bons sentiments, pour celles et ceux qui veulent s'évader et voir la vie en rose et bleu.

 

 

 

Lorenzo Cecchi, Un verger sous les étoiles, CEP

verger.jpg

Depuis que je lis Lorenzo Cecchi, je ne peux m'empêcher de pense qu'il y a une part de folie en lui qu'il arrive à endiguer grâce à l'écriture!

Après deux romans où dans l'un, l'artiste ensevelissait un cadavre dans sa sculpture et dans l'autre, un épicier se transformait en grand manitou, nous voici au plus profond d'une crypte où séjournent des momies douées de parole.

Ce petit roman intitulé "Un verger sous les étoiles" nous emmène donc dans un petit village de France où un écrivain en mal d'inspiration et au bord de la rupture amoureuse vient se réfugier. Dans ce hameau perdu, vivent 4 femmes et un homme qui vont l'accueillir mais à charge pour lui de rester discret sur leurs manigances.  De son côté, il voudrait bien percer le mystère de cette crypte hantée et peut-être trouer une aide pour délivrer ces âmes en peine.

Un roman surprenant mais très agréable à lire.

 

 

 

17:34 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Castor astral, CEP | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : auteur belge, roman, véronique biefnot, francis dannemark, lorenzo cecchi |  Facebook |

16/06/2016

Le voyage d'Octavio, Miguel Bonnefoy, Rivages (poche)

octavio.jpg

Personne n'apprend à dire qu'il ne sait ni lire ni écrire. Cela ne s'apprend pas. Cela se tient dans une profondeur qui n'a pas de structure, pas de jour. C'est une religion qui n'exige pas d'aveu.

Octavio, c’est un homme à la force physique impressionnante, un solitaire qui vit de peu de mots, n’en maîtrisant ni l’écriture ni la lecture, mais capable de décoder le langage de la nature comme personne. Pour ne pas dévoiler son secret, Octavio, comme d’autres analphabètes, use de stratagèmes sidérants. Jusqu’au jour où il fait la connaissance d’une femme, Venezuela, qui l’initiera à l’amour et aux mots. Ainsi commence le voyage d’Octavio. Un périple rocambolesque qui le mènera à la découverte de son pays et de son histoire.

11:10 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Rivages, Romans | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : analphabétisme, fable, voyage, venezuela |  Facebook |

13/06/2016

Un été indien, Truman Capote, Rivages (poche)

Un-ete-indien_4986.jpg

Cinquante pages pour un texte d’une simplicité et d’une intensité étonnantes. Cinquante pages pour exprimer l’affection d’un petit garçon et de son grand-père contraints à se séparer ; les difficultés du monde paysan qui conduit un père à quitter la ferme familiale avec femme et enfant pour rejoindre la ville dans l’espoir d’une meilleure vie pour son fils ; l’attachement à une terre ; l’amour d’un vieux couple et la souffrance de la perte quand l’un des deux s’éteint parce qu’il ne veut plus vivre. Cinquante pages d’émotions, de tendresse et de délicatesse pour dire le secret d’une vie.

15:13 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Nouvelles - Théâtre - Poésie, Rivages | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : etats-unis, exode rural, enfance |  Facebook |