16/03/2012

"La Liseuse", Paul Fournel

liseuse.gif

Sorti en janvier, ce livre pourrait passer inaperçu parmi les livres à forte actualité et pourtant il aborde un sujet très délicat pour nous libraires et pour vous lecteurs.

En effet, le titre ne parle par d'une femme qui lit (bien que...) ni d'une lampe de lecture ou d'un couvre-livre mais bien de ces petits appareils dont on nous vente monts et merveilles et qui devraient remplacer ce viel objet qu'est le livre papier. Vous savez ce vieux truc qui sent mauvais, qui s'abîme si on verse de l'eau dessus et qui fait ringard.

Eh bien voilà, Robert Dubois, éditeur de son état, reçoit de la part de son directeur financier, une liseuse. C'est une jolie stagiaire qui la lui apporte un vendredi soir. Tous les futurs livres qu'il pourrait éditer (ou pas) s'y trouvent, il n'est donc plus besoin de prendre un cartable bien lourd rempli de livres pour le week-end.

"Gaston"Dubois apprend donc à se familiariser avec l'engin. Plus question d'annoter avec un crayon, de s'endormir dessus. C'est froid, trop petit pour son vieux cartable, trop grand pour sa poche mais il va faire un effort et l'emmener au parc pour voir.

En même temps que cette liseuse, et comme s'il se réveillait tout à coup, notre éditeur découvre qu'il y a de jeunes stagiaires qui travaillent gratuitement dans la maison d'édition qui porte son nom. Tient, et si on faisait connaissance? Et si on réfléchissait à l'avenir du livre qui n'en a peut-être plus d'ailleurs. Voilà donc notre vieil éditeur avec cette bande de jeunes inventant la nouvelle édition grâce aux nouveaux modes de communication.

Je ne vous cache pas mon désarroi en tant que libraire face à cette nouvelle technologie. Si le livre numérique s'installe dans les habitudes des jeunes générations, nous, les libraires n'auront plus notre place dans cette nouvelle façon d'éditer. En effet, quoi de plus simple aujourd'hui que de télécharger livre ou musique depuis son ordinateur sur son mp4, son ipod ou sa tablette?

J'ai moi-même acheté une liseuse pour voir ce qu'on pouvait en faire. Je ne suis pas enthousiaste mais je suis de la "vieille" génération. Pourtant je lui concède quelques qualités : maniable, pouvant contenir un grand nombre de livres et finalement ne se déchargeant pas très vite. Mais je ne retrouve pas facilement le passage que j'ai envie de relire et l'écran est assez sombre.

En revanche j'ai vraiment aimé ce livre de Paul Fournel. C'est bien écrit, c'est enlevé, c'est plein d'humour et c'est poétique; dans tous les sens du terme puisque, quand on a finit le livre, on découvre que Paul Fournel a utilisé une forme poétique du XII° siècle.

Parler d'une nouvelle technologie en utilisant une vieille forme poétique, c'est du grand art.

 

Laurence

 

édité chez P.O.L., 16€

Les commentaires sont fermés.