06/09/2012

Quand la lumière décline, Eugen Ruge

513otMqhICL._SL500_AA300_.jpeg

 

Le deuxième roman lu pour la rentrée littéraire de 2012, est le premier livre d'un auteur né en Sibérie en 1954, mathématicien de formation, passé à l'Ouest en 1988, un an avant la chute du mur de Berlin.

Il nous conte dans ce roman l'histoire d'une famille russo-allemande acquise aux idéaux révolutionnaires communistes. Sur quatre générations, grâce à une construction littéraire qui entremêle les époques et les voix, nous suivons l'évolution de cette famille : Les grands-parents, Charlotte et Wilhelm, exilés au Mexique pendant la guerre qui décident de rentrer en RDA dans les années cinquante pour construire leur pays selon l'idéal communiste; leur fils Kurt, intellectuel, qui a fuit le nazisme à Moscou et survécu aux années de Goulag sous Staline. Alexander, le petit-fils, qui ne trouve pas sa place ni dans sa famille ni dans son pays et puis Marcus l'arrière petit-fils, imperméable aux idées communistes mais bien plongé dans un monde sans repère.

Lors de l'anniversaire du patriarche, une nouvelle va bouleverser la famille et l'ordre des choses. Peu à peu, au fil des chapitres, on comprend mieux la vie de chacun et les pensées profondes qui les animent.

Les personnages secondaires sont magnifiques également.

Un tout bon roman, qui je l'espère, ne passera pas inaperçu parmi les centaines de romans de la rentrée.

Laurence

09:16 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Les Escales | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature étrangère, nouveauté, rentrée 2012, roman, histoire, les escales |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.