03/12/2013

Le Prix Rossel 2013 attribué à Alain Berenboom

C'est le roman "Monsieur Optimiste" qui a reçu le Prix Rossel 2013. Il récompense un auteur qui a déjà quelques livres remarqués à son actif.

Il sera présent à la librairie le jeudi 5 décembre à 19H. 

Venez nombreux le rencontrer.

optimistt (1).jpeg

01/12/2013

Monsieur Optimiste, Alain Berenboom, Genèse éditions

berenboom.jpg

Voici le cinquième et dernier roman sélectionné pour le Prix Rossel 2013. Il est écrit par Alain Berenbom, auteur qui a déjà quelques romans à son actif, dont quelques policiers. J'ai d'ailleurs fait le compte-rendu de son dernier roman policier "La recette du pigeon à l'italienne" sur ce blog.

Le sujet de ce roman est tout à fait différent. Ici l'auteur parle de ses parents et de sa judéité.

Au décès de sa mère, Alain Berenboom a hérité de caisses contenant des archives familiales. Il lui faudra 10 ans pour se décider à les ouvrir et à reconstituer son histoire familiale, pour se donner enfin des racines plus profondes, devrais-je dire.

Ses parents d'origine juive, ont transformé leur nom après la guerre, ont vécu et élevé leur fils en bon Belge sans plus faire référence à leur vie antérieure en Pologne pour le père et en Russie pour la mère.  Ils n'ont jamais évoqué la famille perdue dans l'Holocauste même si la grand-mère en est revenue. Son père, surnommé "Monsieur Optimiste" vivait dans le présent et pour le futur, refusait de s'apitoyer. Il était, visiblement, un bon observateur du monde et c'est sans doute ce qui l'a sauvé durant la guerre.

Comme "Max, en apparence", "Monsieur Optimiste" est donc également un roman sur la recherche des ses origines  après l'Holocauste pour arriver à mieux se définir. Ce roman-ci m'a touché plus que celui de Nathalie Skowronek, peut-être parce que l'auteur parle de son père et que l'on sent qu'il y a un véritable amour envers cet homme qui a donné le meilleur de lui-même à son fils et aux autres.

Comme toujours, chez Alain Berenboom, il y a aussi de l'humour ce qui allège le propos.

 Peut-être aura-t-il le Prix Rossel 2013?

Marilyn désossée, Isabelle Wéry, Maelström

marilyn.jpg

 

Le quatrième roman sélectionné pour le Prix Rossel 2013 est un roman assez particulier car l'auteure a fait une grande recherche linguistique.

Le roman est divisé en trois parties qui racontent la vie d'une fille appelée Marilyn Turkey. 

La première partie intitulée "Premiers os : j'ai 6-8 ans", raconte son enfance comme le ferait un enfant : sa maison, son frère, l'école et les amies dont une autre fille s'appelant Marilyn qu'elle aime.

La deuxième partie, "Deuxième os : j'ai 25 ans", la narratrice découvre la sexualité et vit des expériences pour le moins surprenantes.

La troisième partie, "Troisième os : je suis ici et maintenant", est plus douce et plus touchante. Elle parle de son mariage, d'un deuil. C'est aussi une partie un peu plus compréhensible.

En effet, la particularité principale de ce livre est le travail important que l'auteure a fait sur la langue d'un point de vue sémantique et formel.

Elle joue avec les mots, mêle la prose et la poésie, invente des mots, joue avec les polices de caractères.

Livre surprenant donc mais intéressant pour le travail de l'auteure.

Peut-être aura-t-il le Prix Rossel 2013?

 

 

27/11/2013

"Max, en apparence", Nathalie Skawronek, Arléa

max.jpeg

commander en ligne

De famille juive, l'auteur voudrait se souvenir de son grand-père, Max. De cet homme mystérieux, qui a été déporté pendant la guerre, Nathalie Skowronek, sait très peu de choses. Ayant perdu sa première femme durant la guerre, il a abandonné sa deuxième femme et sa fille, née après la guerre, pour vivre en Allemagne où il gérait des affaires d'import-export avec l'Allemagne de l'Est. L'auteure l'a connu au temps de sa splendeur, quand riche, il l'emmenait en vacances dans sa maison de Marbella. Elle se souvient qu'il était tatoué comme tous les juifs déportés mais n'arrive pas à se rappeler la combinaison de chiffres qu'elle a lu pourtant plus d'une fois sur son bras.

Ce livre est l'aboutissement d'une enquête auprès des gens qui l'ont connu et qui ont bien voulu lui en parler : sa grand-tante, des amis, sa mère aussi malgré la souffrance qu'elle a ressentie d'avoir été abandonnée par son père. Enquête qui a été complétée par des recherches de documents auprès des archives concernant les juifs déportés, des livres qui mentionnaient des personnes que son grand-père avait côtoyées. 

Au final, l'auteur conclut qu'elle ne pourra jamais arriver à une histoire complète de son grand-père car il y a trop de zones d'ombre. Elle n'aura pu que se faire une "idée" de Max, ce grand-père qu'elle a visiblement beaucoup aimé.

Ce livre bien écrit malgré quelques passages répétitifs se situe entre le roman et le récit.

Peut-être aura-t-il le Prix Rossel 2013 ?

21:12 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Actualité et animations, Arléa, Prix Rossel, Romans | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : prix rossel 2013, littérature belge |  Facebook |

"Mon corps mis à nu", Stéphane Lambert, Les impressions nouvelles

corpsnu (1).jpeg

commander en ligne

Deuxième ouvrage sélectionné pour le Prix Rossel 2013, "Mon corps mis à nu" est un récit; celui d'un homme qui se cherche et qui retourne dans son enfance et les expériences qu'il y a vécues pour se définir. Cet exercice qu'il met par écrit est une sorte de rédemption, lui permet de s'accepter tel qu'il est.

Certains passages sont crus et pourraient être dérangeants mais ils sont nécessaires pour se trouver et se définir. Le regard de l'auteur sur le père, homme transparent, "flasque" dit l'auteur, sur la mère, "castratrice" et qui ferme les yeux sur la malveillance d'un tiers envers l'enfant et sur la découverte de sa sexualité, rien ne nous est épargné.

Un livre que je n'aurais sans doute pas lu parce que mes choix ne vont pas ce genre de littérature mais c'est bien écrit et on est touché par les expériences de l'auteur.

Peut-être aura-t-il le Prix Rossel 2013?

Voyage Corsaire, Giuseppe Santoliquido, Kerr éditions

Le mardi 10 décembre à 19h, nous recevrons Guiseppe Santoliquido qui viendra présenter son nouveau livre en compagnie de son éditeur, Xavier Vanvaerenberg.

Giuseppe Santoliquido est romancier et analyste politique.

Il a publié "L'audition du docteur Fernando Gaspari" aux éditions du miroir;

Italie, une démocratie pervertie? essai, Edern éditions, 

Bunga bunga, mode d'emploi, essai, Renaissance du Livre, 2012

Son oeuvre littéraire a fait l’objet de nombreuses reconnaissances parmi lesquelles :

 

Prix Emma Martin 2012

Prix Saga Café 2012

Prix Leonardo Da Vinci 2012

Mention spéciale du jury du Prix Rossel 2012

 

Finaliste du Prix Première 2012

 

voyage corsaire(1).jpeg

commander en ligne

Par une nuit sans lune, un écrivain fit un songe. Il rêva qu’il se réveillait en sursaut et, sous l’effet d’une modification physique inattendue, s’en allait rédiger les souvenirs d’un voyage auquel il n’avait jamais participé.

Un voyage au cours duquel Frédéric Verratti, alter ego de l’écrivain, rencontre de mystérieux personnages. Un metteur en scène qui, chaque année, avec l’aide d’acteurs issus de la population locale, monte invariablement la même pièce au cœur de la savane.

Un chasseur qui s’apprête à affronter le grand départ. Ou encore cette ancienne militante politique que les aléas de la vie confrontent à la pérennité de ses idéaux.

 

Un récit en abyme où l’on entend s’égrener le temps, et dont on ressort immanquablement en questionnant notre propre identité, notre rapport à l’autre.

25/11/2013

Un long moment de silence, Paul Colize, éd. La manufacture des livres.

 

 

téléchargement.jpeg

 

D'emblée l'auteur nous prévient que ce que nous allons lire est un thriller puisqu'il l'écrit sur la couverture. Et pourtant j'ai trouvé plus que cela dans ce livre. En effet, c'est l'histoire d'un peuple et de ce qu'il a enduré à une certaine époque ainsi que les moyens qu'il a mis en place après pour vivre avec ça qui nous est conté. Durant la guerre des familles, des jeunes couples ont été séparés, ces événements ont influencé la vie des survivants et des générations suivantes.

En 1954, Stanislas, la soixantaine aujourd'hui, a perdu son père dans un attentat qui a fait plus de 16 morts au Caire. Pour exorciser la perte d'un père qu'il n'a pas connu et après beaucoup de recherches à travers le monde, il écrit un livre, avouant dans celui-ci qu'il n'a pas trouvé les raisons de cet attentat tout comme les services secrets étrangers qui s'étaient penchés sur la question à l'époque. Suite à une émission télévisée à laquelle il participe pour présenter son livre, un inconnu lui donne un nouvel indice qui va lui permettre de remettre en perspective son enquête.

Un très bon livre, bien écrit d'un point de vue littéraire et efficace par la forme, avec des personnages attachants. Jusqu'au bout on est tenu en haleine, à chaque fois que l'on croit avoir trouvé la solution, on découvre que ce n'est pas le cas.

commander en ligne / commander l'ebook

 

Peut-être aura-t-il le prix Rossel 2013 ?

08:53 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Actualité et animations, Policier - thriller, Prix Rossel, Romans | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rossel, auteur belge, thriller |  Facebook |