25/04/2013

Bart chez les Flamands, Frank Andriat, Renaissance du livre

bart.jpg

Nous en sommes en 2030, la Flandre a obtenu son indépendance et n'est plus aussi riche qu'au début des années 2000; en revanche la Belgique, composée de la Wallonie et de Bruxelles se porte bien, merci pour elle, grâce à un filon d'or trouvé à La Louvière.

Mais la reine Mathilde et le bon roi Philippe veulent pratique la politique de la main tendue et ne pas laisser la Flandre dépérir. Seulement voilà, Barthélemy Lecoq, président de la NWA, ne l'entend pas de cette oreille. Chacun pour soi, les wallons ont assez souffert. Mais au fait, que connaît-il ce "Bart" à la Flandre?

Un retournement de situation bien amusant.

Laurence

16:04 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Renaissance du livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : auteur belge, littérature belge, humour, belgique, politique-fiction |  Facebook |

23/04/2013

"La possibilité du garçon", Vincent Flamand, Castor Astral

garçon.gif

Ce livre c'est une redécouverte pour moi car il contient deux parties dont la première avait déjà été éditée aux éditions de l'Aube en mars 2010. Je l'avais lu et même vendu et pourtant je n'en avais pas parlé sur mon blog. Je répare cette erreur car vraiment j'aime cet auteur. La douceur avec laquelle il évoque ses parents et ses relations avec eux, tout est d'une justesse et d'un profondeur touchante et cela avec écriture magnifique.

La première partie, intitulée "Fifoche", parue d'abord sous le titre "D'aussi loin que je me souvienne, il s'est toujours levé tôt" évoque le père; la deuxième, intitulée "La possibilité du garçon", évoque la mère.

Je n'arriverai jamais à dire ce que j'éprouve pour mes parents aussi bien que lui mais je le remercie de nous permettre de le lire.

 

préface d'Armel Job.

14:01 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Le castor Astral | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : littérature belge, récit, vincent flamand, armel job, auteur belge |  Facebook |

20/04/2013

La vieille qui voulait tuer le bon dieu, Nadine Monfils

bon dieu.jpg

Je fais enfin le compte-rendu du nouveau livre de Nadine Monfils.

Que je me suis amusée à lire les nouvelles aventures de Mémé Cornemuse. La voilà rangée, pense-t-on, en concierge d'un immeuble mais c'est pour mieux nous emmener dans des aventures hilarantes. En effet, Mémé projette le casse du siècle grâce à la bijouterie installée en face de sa loge. Oui mais évidemment, les journalistes pointent le bout du nez car l'ex-femme d'un pédophile vient s'intaller dans le couvent voisin et puis le bijouterie ferme. Zut, et puis ces voisins qui meurent. Va-t-elle être un peu tranquille franchement?

Plein d'humour, un peu plus calme que les précédents, ce roman pousse une pointe de réflexion sur notre vision de la vieillesse, l'amour et bien d'autres choses.

Mémé Cornemuse, elle est peut-être complètement folle, mais qu'est-ce qu'elle fait du bien.

A lire sans modération ! (on devrait le prescrire!)

13:57 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Belfond, Nadine Monfils | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : auteur belge, nadine monfils, belfond, humour |  Facebook |

04/04/2013

Le métier de la neige, Michel Lambert, nouvelles

neige_.jpg

Le 20 mars la librairie recevait Michel Lambert qui venait présenter son nouveau recueil de nouvelles édité chez Pierre-Guillaume De Roux, ancien éditeur des éditions du Rocher.

Grâce à un dialogue à bâtons rompus avec Michel Torrekens, nous avons pu nous familiariser avec l'univers de Michel Lambert.

Cet auteur belge, qui a déjà 4 romans et 8 recueils de nouvelles à son actif, a reçu de nombreux prix dont le Prix Rossel en 1988 pour son roman "Une vie d'oiseau" paru chez De Fallois/l'Age d'homme et disponible en poche.

Le genre de la nouvelle n'est pas très prisé par le public et pourtant, selon l'auteur, la nouvelle permet de faire passer beaucoup plus d'émotions qu'un roman. En effet, la nouvelle s'arrête sur un moment particulier et permet de creuser l'existence du personnage et d'approfondir ses émotions. Emotions qui sont celles de l'écrivain puisque celui-ci est son premier lecteur et qu'il fait donc passer sa propre réalité qui est évidemment différente de celle du lecteur.

Ce recueil de 9 nouvelles nous parle de rencontres fortuites ou pas où les personnages essaient de se dire, de se confier; certains arrivent à faire passer leur message et d'autres pas. L'auteur nous a expliqué qu'il s'inspire de faits souvent totalement éloignés dans le temps et dans l'espace mais qui tout à coup font sens pour lui en un seul univers.

Le titre du recueil est celui d'une des nouvelles et signifie que la neige n'a d'autre but que de tomber tandis que nous, humains, tombons mais pouvons nous relever.

Un très beau recueil, empreint d'un réalisme magique, de douceur et de nostalgie.

à découvrir.

20/03/2013

Bernard Gheur, auteur du roman "les étoiles de l'aube" signe son livre le 27 mars

etoilesdelaube3dbandeau.jpgRésumé :

En 1944, vous étiez des enfants ou des adolescents. Vous avez vécu l’arrivée des Américains à Liège. Vos souvenirs se rapportent à la grande Histoire.
Racontez-les… »
En 2004, Ralph Demy lance cet appel aux lecteurs d’un journal de Liège.
Son incitation aux témoignages rencontre un énorme écho. Les lecteurs se pressent à la rédaction pour raconter leurs souvenirs sacrés. Et Ralph les recueille avec ferveur…
Extraordinaires souvenirs d’enfance !... L’apparition du premier Américain, du premier blindé arborant l’étoile blanche… L’immense euphorie dans les rues, à laquelle succédera bientôt la terreur, avec l’hiver des bombes volantes, le sinistre « ronron » des V1 au-dessus de la Cité Ardente, et les très inquiétantes nouvelles venues d’Ardenne…
Un jour, une jolie rousse de seize ans, Jeanne Février, passe à la rédaction. Elle demande à Ralph de publier un portrait du capitaine Jim Brady, un pilote américain dont l’appareil s’est abattu dans les Hautes Fagnes en 1944. La Résistance avait alors secouru l’aviateur et l’avait aidé à rejoindre l’Angleterre.
à Liège, ses amis résistants ont longtemps tenté de retrouver Jim.
Ralph et la petite Jeanne se lancent sur la piste de cet aviateur insaisissable, reconstituent le puzzle de son trajet clandestin à travers la Belgique et la France.
Alors le rythme du récit s’accélère, le roman de Bernard Gheur, nourri de faits vrais,  s’envole vers la fiction, vers le domaine des sentiments, et des cœurs épris.
Les étoiles de l’aube comblera les passionnés d’histoire de la guerre. Il enchantera également les amateurs d’intrigues magistralement menées, riches de suspense et de surprises.

 

L'auteur, sélectionné pour Le prix des Lycéens vous attend le mercredi 27 mars à partir de 11h30 jusque 12h30  pour signer ce livre et vous présenter le nouveau intitulé " Un jardin dans les Rocheuses".

12:36 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Actualité et animations, Weyrich | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : auteur belge, signature, weyrich |  Facebook |

02/03/2013

Les épines de la Couronne, Hugo Lejeune, éditions Luce Wilquin

animation, gembloux, auteur belge, littérature belge, prix, roman historique

 

Hugo Lejeune, auteur d'un roman historique se passant au 17° siècle sur fond de guerre de religions,  vient à Gembloux visiter des classes de rhétorique dans le cadre du prix des Lycéens.

Il fera une séance de signature entre 11 heures et midi à la librairie le vendredi 15 mars.

 

Voici un lien vers une critique très positive sur ce livre : Eric Brucher

 

 

 

14:07 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Luce Wilquin | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : animation, gembloux, auteur belge, littérature belge, prix, roman historique |  Facebook |

01/03/2013

"Le bon coupable", Armel Job

 

 

armel job, auteur belge, roman, robert laffont, policier, conte

Par un beau dimanche d’été, la petite Clara, soleil de ses parents et de son frère se fait écraser le long de la grand route qui sillonne leur village. La petite allait rechercher son papa qui avait rejoint son garage suite à une dispute avec sa femme.

Pour cet accident sans témoin, le coupable est tout trouvé en la personne de Carlo Mazure. En état d’ébriété, sa voiture a plongé dans la rivière quelques kilomètres plus loin et il a été retrouvé peu après à l’heure du tragique accident. Mais un autre automobiliste est passé à vive allure sur cette route à peu près au même moment et celui-ci n’est autre que le procureur du roi, Régis Lagerman.

Qui des deux est coupable de ce drame qui frappe une famille dont les membres sont également en prise avec leurs démons intérieurs.

Tout le jeu d’Armel Job est de nous faire réfléchir au sentiment de culpabilité que chacun peut ressentir un jour ou l’autre face à des événements et à la manière de prendre nos responsabilités face à celui-ci.

Comme souvent dans les romans d’Armel Job, nous sommes dans les années soixante, période de prédilection de l’auteur, car elle lui permet de mettre les choses à distance et de donner un petit côté coloré à l’histoire. De plus les mentalités de cette époque ne sont plus les mêmes qu’aujourd’hui surtout face au sentiment de culpabilité,  sujet de ce roman.

Un tout grand Armel Job.

éd. Robert Laffont