01/09/2012

La véritable vie amoureuse de mes amies en ce moment précis, Francis Dannemark

dannemark.jpeg

 

Le premier livre de la rentrée littéraire dont je vais vous parler est celui d'un auteur belge que j'apprécie beaucoup. En général il écrit des livres assez courts mais celui-ci fait plus de 470 pages et pourtant on ne s'ennuie pas un seul instant.

L'histoire est celle de Max, veuf, ancien psychothérapeute qui vit dans une grande maison un peu délabrée. Il y organise tous les mercredis, grâce à un ami cinéphile, un cinéclub où se réunissent un petite dizaine de personnes, principalement des dames, amies de Max.

Un jour arrive Felisa, venue consulter le psychothérapeute mais Max lui explique qu'il ne professe plus, travaillant plutôt sur l'analyse de statistiques et essayant de tenir tant bien que mal cette maison qui aurait bien besoin d'une rénovation.

De fil en aiguille Felisa va sympathiser avec le petit groupe au point de devenir "l'ange gardien" de chacun.

Je me suis bien amusée à lire ce livre. Sans prétention, l'auteur nous invite à rejoindre son groupe d'amis et cela marche. De plus les petits discours de Jean-François sur le cinéma ne sont pas lourds et m'ont plutôt donné envie de voir certains films.

J'espère recevoir Francis Dannemark bientôt.

Dès que j'ai la date je vous la communique.

Laurence

 

éditions Robert Laffont, 

 

07:57 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Robert Laffont | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : film, littérature belge, nouveauté, rentrée 2012, francis dannemark |  Facebook |

24/05/2012

Triste nouvelle

Jacqueline Harpman est décédée aujourd'hui. Psychanalyste et auteure belge bien connue, elle nous laisse une très belle oeuvre dont  "La plage d'Ostende", "Orlando", "En toute impunité", "Moi qui n'ai pas connu les hommes". Ce roman est sans doute celui qui m'a le plus marquée en tant que lectrice.

Je l'avais reçue au Collège Saint-Guibert en 2004 lors d'une très agréable après-midi durant laquelle nous avions parlé du livre "Le passage des éphémères" édité chez Grasset.

Pour une biographie plus complète je vous renvoie à l'article du Vif l'Express.

Et si vous n'avez jamais rien lu d'elle je vous invite à le faire.

 

Laurence

 

 

 

15:52 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Actualité et animations, Grasset, Livre de poche | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature belge, auteur belge, décès |  Facebook |

09/05/2012

Nadine Monfils à la librairie le jeudi 3 mai à 19h45

Voici quelques photos de la très belle soirée que nous avons passée en compagnie de Nadine Monfils.

DSC02573.JPG

 

 

 

 

DSC02580.JPG

DSC02559.JPGDSC02561.JPG

"Si tu passes la rivière", Genevièvre Damas, éd. Luce Wilquin

Comédienne et auteure de pièces de théâtre, Geneviève Damas publie un premier roman très maîtrisé.

L'histoire se passe dans une famille villageoise dont la mère et la fille ont quitté la maison. Reste le père autoritaire et trois fils. Le plus jeune François s'occupe des cochons et réfléchit à sa condition de dernier né et d'orphelin. Peu à peu il va sortir du giron familiale et rencontrer les villageois pour connaître ses origines et tous ces interdits qui pèsent sur lui: ne pas passer la rivière en fait partie; pourtant de l'autre côté il y a les décombres d'une ferme qui l'intriguent depuis toujours.

Très beau roman que celui-là, bien écrit, belle histoire bouleversante d'un jeune homme qui cherche ses origines.

L'auteur a assurément bien mérité son prix Rossel.

 

Laurence

Commander le livre en ligne

09:37 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Luce Wilquin | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : auteur belge, littérature belge, prix, roman |  Facebook |

30/03/2012

Armel Job à la librairie, le 27 mars 2012

Armeljob1.jpg

 

 

Nous étions une vingtaine pour écouter Armel Job nous parler de son métier d'écrivain et de son parcours littéraire que nous avons évoqué grâce à la réédition du livre "La malédiction de l'abbé Choiron" aux éditions Weyrich et de son nouveau roman "Loin des mosquées" édités chez Robert Laffont.

Armeljob3.jpg

 

Armel Job nous a expliqué qu'il créait ses personnages à partir de l'observation du monde et de son envie de réfléchir à des situations auxquelles on peut être confrontées. Comment peut-on réagir face à tel problème, quelles sont les possibilités qui s'offrent à chacun face à celui-ci.

 

armeljob5.jpg

Il nous a expliqué que pour "La malédiction de l'abbé Choiron", il avait voulu illustrer la période qu'il avait connue juste après la guerre dans les campagnes d'Ardenne. Il se souvient que ses grands-parents et ses parents parlaient wallon entre eux et avec les les clients de son père ou avec les voisins mais que lui et ses frères ne pouvaient absolument pas le parler.

 

Son désir était de faire un roman français utilisant les tournures de phrases ou les expressions wallonnes. En 1998, ce roman a tout de suite été accepté chez l’Harmattan car  l’éditeur était originaire du Nord de la France et avait une collection ouverte à ce genre de littérature. Mais les éditions Robert Laffont avait déjà remarqué sa plume grâce au roman « La Reine des Spagnes » et par la suite tous ses autres romans ont été édités chez Robert Laffont.

 

Je lui ai demandé s’il devait faire des concessions face aux lecteurs français mais il nous a répondu que ce n’était pas nécessaire, à part quelques mots qui permettent de mieux se faire comprendre de part et d’autre de la frontière, il n’a pas d’obligation de la part de Robert Laffont d’utiliser un français épuré de tout belgicisme.

 

Armeljob8.jpg

Armel Job nous a également expliqué qu’il travaillait tous les matins à ses romans et qu’il n’avait généralement pas d’idée préconçue sur la tournure de son roman.

 

Il part d’une idée générale avec quelques personnages et développe peu à peu son intrigue ainsi que le caractère des personnages.

 

C’est ainsi qu’il a fait pour son dernier roman « Loin des mosquées » dont certains personnages comme Yasemin n’avait pas du tout le rôle qu’il lui fait jouer finalement.

 

Armeljob10.jpg

Ce roman-ci est d’ailleurs pourvu de quatre narrateurs différents afin de multiplier les points de vue et de mieux faire avancer l’histoire. Il avait envie aussi de changer un peu puisque généralement il écrit des romans à la première personne.

 

Le sujet de ce roman dont nous vous avons déjà expliqué le sujet par ailleurs

 

http://librairieantigone.skynetblogs.be/archive/2012/03/0...

 

http://librairieantigone.skynetblogs.be/archive/2012/02/1...

 

lui a été inspiré, nous a-t-il dit, par un mariage turc qui avait eu lieu dans le réfectoire de l’école où il était directeur à une époque. Ce mariage était totalement arrangé avait-il appris par sa fille qui connaissait le marié. Ce fait l’avait marqué et il a voulu y réfléchir au travers d’un roman. Qu’est-ce qui pour pousse un jeune homme ayant réussi de brillantes études à suivre la tradition ancestrale d’épouser une femme qu’on ne connaît pas ? Comment réussit-on ce genre de mariage quand il n’y a pas d’amour alors qu’en occident où le mariage d’amour est de mise, les divorces sont légions ?

 

La condition des femmes est évidemment évoquée dans ce roman. Et là aussi l’auteur nous montre la complexité de la réflexion sur la liberté de la femme. En effet, les femmes peuvent se rebeller face aux dictats des hommes (ici d’origine turque) qui considère que la femme leur  est inférieure ou en tout cas qu’elle ne peut prendre son indépendance ou face aux dictats de notre société européenne où  pour être conformes à ce qu’on attend d’elles, elles doivent répondre à certains critères de beauté, d’efficacité et d’indépendance.

 

Ces réflexions sont distillées tout au long du roman grâce aux différents personnages et c’est ce qui en fait un bon roman. En effet, dénué de démonstrations ampoulées mais, avec un soupçon d'humour bienvenu, ce roman incite le lecteur à réfléchir tout au long de sa lecture

 Je vous le conseille vivement.

 

Laurence

 

08/03/2012

Aujourd'hui c'est la "journée de la femme"

Un livre pour illustrer cette journée?

loin des mosquées.gif

Loin des mosquées d'Armel Job.

 

Emilie vous en a déjà parlé mais je l'ai fini il y a quelques jours et il m'a beaucoup plu.

Ce livre illustre sous la forme du roman la condition des jeunes femmes musulmanes en Europe sous l'emprise du père et des frères. Elles n'ont pas droit à la parole, au choix amoureux ou tout simplement à une vie à l'européenne. La tradition est la plus forte apparemment et que la famille soit arrivée en Belgique récemment ou pas, les moeurs européennes ne passent pas la porte de certaines maisons. Un récent procès en Belgique nous l'a encore prouvé.

L'auteur viendra nous parler de son livre et de sa carrière le mardi 27 mars à 19h45.

Laurence

11:42 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Actualité et animations, Robert Laffont | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : armel job, animation, littérature belge, société |  Facebook |

17/02/2012

"La petite fêlée aux allumettes", Nadine Monfils

petite.jpg

Vous l'aurez compris si vous parcourez le blog, j'attends toujours les livres de Nadine Monfils avec impatience. Son univers surréaliste et poétique, son écriture décalée et ses personnages cocasses me font bien rire. Mais si on lit attentivement sous l'humour se cache une pointe de nostalgie, de solitude dans tous ses livres.

Celui-ci ne déroge pas à la règle. On rit, on tremble, on se dit "oh là là mais où va-t-elle chercher tout ça? Hein Mémé Cornemuse c'est pas de la tarte quand même...

L'histoire débute avec quelques chapitres qui nous présentent les personnages principaux. Peu à peu ceux-ci vont se croiser et les interactions vont commencer. C'est parti pour 250 pages de folie.

Nous sommes à Pandore, monde imaginaire récurrent chez Nadine Monfils. Nake, jeune femme désorientée, vient de perdre sa grand-mère dans la main de laquelle elle a retrouvé une boîte d'allumettes. Chaque fois qu'elle en craque une, Nake a des visions. Bientôt elle se rend compte qu'elle voit les scènes de crimes qui ont lieu pour le moment à Pandore et qui font référence aux contes de fées, Blanche Neige, Chaperon rouge. Et si le coupable était le voisin du dessus?

L'inspecteur Cooper et son second Michou vont mener l'enquête qui va se révéler cruelle et pleine de rebondissements. Heureusement (?)aidés par une Mémé Cornemuse sans scrupule et complètement folle, tout va se dénouer.

Je ne vous en dit pas plus, ça ne se raconte pas, ça se lit.

Si vous voulez rencontrer Nadine Monfils, elle doit venir le 13 mars à la librairie. Plus d'information d'ici peu.

Laurence

 

D'autres articles sur Nadine Monfils

http://librairieantigone.skynetblogs.be/nadine-monfils/

http://librairieantigone.skynetblogs.be/archive/2010/05/3...

http://librairieantigone.skynetblogs.be/archive/2010/03/1...

http://librairieantigone.skynetblogs.be/archive/2010/03/1...