21/04/2012

"La fois où je suis devenu écrivain", Vincent Cuvellier

cuvellier.jpg

Vincent Cuvellier est un auteur de jeunesse reconnu qui publie des romans pour les jeunes enfants et les adolescents

Ce livre-ci est un témoignage sous forme de roman de ses débuts en tant qu'écrivain.  Et les débuts de Vincent Cuvellier ont été plutôt chaotiques puisqu'en troisième, il est viré du collège et se retrouve en situation précaire : stages, petits boulots, chômage. Mais il a une passion : l'écriture et dès cette époque il écrit et gagne même un concours de nouvelles auquel il a participé avec un texte très vif. Malheureusement ce premier succès d'adolescent en révolte ne débouchera pas sur la gloire attendue.

Mais l'envie est là  et malgré les années de galère,  elle persiste. Peu à peu Vincent Cuvellier va développer ses capacités d'écriture et arriver à ses fins.

C'est l'occasion de constater qu'un écrivain ne doit pas forcément avoir fait des études supérieures et avoir suivi des cours de littérature et d'écriture pour réussir. C'est aussi à force de volonté et de travail que l'on peut y parvenir.

C'est une belle leçon de vie pour tous, que l'on veuille devenir écrivain ou non d'ailleurs.

 

11:44 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Rouergue | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jeunesse, littérature française, rouergue |  Facebook |

16/03/2012

"La Liseuse", Paul Fournel

liseuse.gif

Sorti en janvier, ce livre pourrait passer inaperçu parmi les livres à forte actualité et pourtant il aborde un sujet très délicat pour nous libraires et pour vous lecteurs.

En effet, le titre ne parle par d'une femme qui lit (bien que...) ni d'une lampe de lecture ou d'un couvre-livre mais bien de ces petits appareils dont on nous vente monts et merveilles et qui devraient remplacer ce viel objet qu'est le livre papier. Vous savez ce vieux truc qui sent mauvais, qui s'abîme si on verse de l'eau dessus et qui fait ringard.

Eh bien voilà, Robert Dubois, éditeur de son état, reçoit de la part de son directeur financier, une liseuse. C'est une jolie stagiaire qui la lui apporte un vendredi soir. Tous les futurs livres qu'il pourrait éditer (ou pas) s'y trouvent, il n'est donc plus besoin de prendre un cartable bien lourd rempli de livres pour le week-end.

"Gaston"Dubois apprend donc à se familiariser avec l'engin. Plus question d'annoter avec un crayon, de s'endormir dessus. C'est froid, trop petit pour son vieux cartable, trop grand pour sa poche mais il va faire un effort et l'emmener au parc pour voir.

En même temps que cette liseuse, et comme s'il se réveillait tout à coup, notre éditeur découvre qu'il y a de jeunes stagiaires qui travaillent gratuitement dans la maison d'édition qui porte son nom. Tient, et si on faisait connaissance? Et si on réfléchissait à l'avenir du livre qui n'en a peut-être plus d'ailleurs. Voilà donc notre vieil éditeur avec cette bande de jeunes inventant la nouvelle édition grâce aux nouveaux modes de communication.

Je ne vous cache pas mon désarroi en tant que libraire face à cette nouvelle technologie. Si le livre numérique s'installe dans les habitudes des jeunes générations, nous, les libraires n'auront plus notre place dans cette nouvelle façon d'éditer. En effet, quoi de plus simple aujourd'hui que de télécharger livre ou musique depuis son ordinateur sur son mp4, son ipod ou sa tablette?

J'ai moi-même acheté une liseuse pour voir ce qu'on pouvait en faire. Je ne suis pas enthousiaste mais je suis de la "vieille" génération. Pourtant je lui concède quelques qualités : maniable, pouvant contenir un grand nombre de livres et finalement ne se déchargeant pas très vite. Mais je ne retrouve pas facilement le passage que j'ai envie de relire et l'écran est assez sombre.

En revanche j'ai vraiment aimé ce livre de Paul Fournel. C'est bien écrit, c'est enlevé, c'est plein d'humour et c'est poétique; dans tous les sens du terme puisque, quand on a finit le livre, on découvre que Paul Fournel a utilisé une forme poétique du XII° siècle.

Parler d'une nouvelle technologie en utilisant une vieille forme poétique, c'est du grand art.

 

Laurence

 

édité chez P.O.L., 16€

07/02/2012

Deux petits bijoux édités chez JC Lattès

D'un auteur que j'ai découvert fin 2009 et qui est venu à la librairie pour son livre précédent "Western", voici le nouveau livre d'Akli Tadjer, La meilleure façon de s'aimer.

 

akli.gif

 

Saïd vient rendre visite aussi souvent qu'il le peut malgré sa vie professionnelle et affective en déroute à sa mère, murée dans le silence depuis son attaque cérébrale. La communication entre la mère et le fils a toujours été difficile et les paroles d'amour assez peu nombreuses mais le lien existe et s'est amélioré avec la mort du père.  Akli Tadjer nous décrit en parallèle la vie du fils et celle de la mère enfermée à  l'hôpital d'où elle s'échappe grâce à ses souvenirs.  Elle pense à son pays, l'Algérie, aux gens qu'elle y a connus et qui l'ont trahie. Elle se souvient surtout de la petite fille en jaune, le soleil de ce très beau roman plein de tendresse où l'humour n'est jamais loin.

Souvenirs de la rencontre avec Akli Tadjer

http://librairieantigone.skynetblogs.be/archive/2010/01/2...

http://librairieantigone.skynetblogs.be/archive/2010/02/1...

http://librairieantigone.skynetblogs.be/archive/2010/03/1...

 

Deuxième livre de chez JC Lattès, Grégoire Delacourt, La liste de mes envies.

liste.gif

 

J'ai lu ce livre en une journée, impossible de m'en détacher. L'histoire est belle, simple avec une point d'humour aussi et très attachante. Jocelyne a épousé Jocelyn. Lui est ouvrier, elle tient une mercerie  à Arras et un blog, "dixdoigtsdor" qui est très suivi. Elle a 47 ans, deux enfants et un ange. La vie n'a pas toujours été facile avec Jocelyn mais les rêves se sont envolés pour laisser place à la vie telle qu'elle est avec ses hauts et ses bas mais malgré tout agréable. Jusqu'au jour où le hasard lui apporte quelque chose de fabuleux mais aussi de dangereux. Que faire dans ces cas-là, partager, annoncer ou pas cette fabuleuse nouvelle au risque de tenter le diable et de perdre ce qu'on a construit pour l'inconnu?

L'auteur arrive à décrire les sentiments des uns et des autres de très belle manière. 

 

Voilà deux bons livres lumineux que je vous conseille.

17/11/2011

"Et te voici permise à tout homme", Eliette Abecassis

albin michel,littérature française,nouveauté,rentrée 2011,religion

Dans la lignée d'autres romans qu'elle a déjà publié précédemment aux éditions Albin Michel, voici un nouveau roman témoignage de la condition de la femme juive orthodoxe.

Anna, divorcée civilement depuis 3 ans, attend désespérément que son mari lui donne le "guet" qui la délivrera définitivement d'un mariage juif. Mais chantage après chantage, son mari lui délivre un guet "raboté".

Et où l'on voit que la condition de la femme n'est pas meilleure dans la religion juive qui, elle aussi, est manipulée par les hommes pour soumettre les femmes.

Le roman est bien écrit en de courts chapitres qui donnent envie de tourner la page pour connaître la suite.

15:07 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Albin Michel | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : albin michel, littérature française, nouveauté, rentrée 2011, religion |  Facebook |

30/10/2011

"Le domaine des murmures", Carole Martinez

martinez.aspx.gif Tout le monde en parle alors j'ai voulu le lire. Je ne regrette pas. Ce livre est magnifique. Bien écrit, belle histoire. Le bruit et la fureur des croisades, la piété des humbles, l'auteur nous fait voyager dans le temps. Nous partons dans un moyen-âge où les femmes n'étaient que des monnaies d'échange et n'avaient pour liberté que de rentrer dans les ordres pour échaper à un destin qu'elles ne choisissaient pas. Mais cette liberté est toute relative comme l'héroïne en fait cruellement l'expérience et l'ascendant qu'elle a depuis son reclusoir la fait encore plus prisonnière qu'elle ne l'imaginait.

A lire sans aucun doute.

 

De la même auteure : "Le coeur cousu".

 

12:06 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Gallimard, Romans | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : gallimard, littérature française, nouveauté, roman, rentrée 2011 |  Facebook |

11/10/2011

"La belle amour humaine", Lyonel Trouillot

trouillot.gif

Anaïse vient à Haïti pour enquêter sur son père qu'elle n'a pas connu. Le guide qui l'emmène au village natal du père lui explique qu'il faut qu'elle laisse ses préjugés d'occidentale pour apprendre à vivre comme au village. Là règnent l'amour, la joie de vivre, le respect de l'autre. La terre appartient à tous et nul ne peut se l'approprier au détriment des autres. Le père d'Anaïse, enfant d'un homme d'affaire véreux qui avait pour seul ami un général violent, en a pris conscience et s'est enfui.  Durant tout le trajet, le monologue du guide nous pose cette question cruciale : "Quel usage faut-il faire de sa présence au monde?".

Alors qu'on pourrait craindre que l'artifice du monologue n'endorme le lecteur, il n'en est rien. Au contraire, ce monologue fait d'interpellations, d'exclamations, est très vivant et finalement s'adresse autant à Anaïse qu'à nous lecteur. C'est un roman magnifique doté écrit de manière très poétique.

Un très bon roman de cette rentrée littéraire.

09:54 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Actes Sud, Romans | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : actes sud, littérature française, haïti, rentrée 2011, roman |  Facebook |

20/08/2011

"Les souvenirs", David Foenkinos

 

foenkinos.gif

Quelles relations a-t-on avec ses grands-parents et ses parents vieillissants quand on est un jeune homme dont le rêve est d'écrire?  David Foenkinos nous fournit une très belle réponse dans ce roman où le narrateur, veilleur de nuit afin d'écrire la journée, veille également sur sa grand-mère qui vient d'être placée en maison de repos après une chute et des parents, jeunes retraités mais perdus face au temps libre qui s'offre à eux. En faisant appel aux souvenirs des personnages, nous prenons peu à peu connaissance de la vie de cette famille.

Où l'on voit donc que la jeunesse peut être dépourvue face à la vieillesse et à ses aléas mais pas ingrate.

Non dénué d'humour, ce roman est parsemé également de souvenirs de personnages secondaires ou de personnalités ayant existés réellement.

Un beau roman.

13:34 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Gallimard, Romans | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gallimard, littérature française, rentrée 2011 |  Facebook |