10/09/2013

"Le quatrième mur", Sorj Chalandon, Grasset

4.jpg

Sorj Chalandon nous offre à nouveau un livre magnifique et pourtant sur un thème de guerre encore une fois.

Le narrateur, Georges, activiste de gauche durant les années 68-73 en France, fait la promesse à son ami, Samuel, metteur en scène de monter Antigone de Jean Anouilh à Beyrouth durant la guerre du Liban.

Nous en sommes en 1982 et Samuel, grec de confession juive rêve d'une trêve de deux heures pour jouer cette pièce avec un acteur de chaque camp, chrétien, druze, palestinien, shiite et sunnite. Incapable de réaliser son rêve, Georges va prendre la relève et découvrir un pays où chaque communauté est magnifique mais n'arrive pas à s'entendre avec l'autre.

Malgré toute la bonne volonté, Georges n'arrivera pas à imposer cette trêve et va être happé par la guerre.

J'ai refermé ce livre complètement bouleversée.

Un futur prix littéraire de cet automne assurément. => Il a reçu le prix Goncourt des lycéens.

commander en ligne / commander l'ebook

10:56 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Grasset | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : rentrée 2013, roman, guerre, prix |  Facebook |

28/05/2013

"Avec plaisir, François", Ariane Le Fort

avec.jpg

Après "Beau-fils" et "On ne va pas se quitter comme ça", voici le nouveau roman d'Ariane Le Fort, auteure que j'apprécie car elle arrive toujours à nous faire réfléchir à des sujets de société sans en avoir l'air avec une écriture légère mais ciselée.

Le père de Marie vient de fêter ses 80 ans en Suisse avec toute sa famille mais contre toute attente, il ne rentre pas avec sa femme et sa fille; préférant passer encore quelques jours seul avant de regagner Bruxelles.

Lors du repas père-fille d'automne, son père lui annoncent qu'il est amoureux. Marie, qui a toujours voulu éluder la question de la tendance homosexuelle de son père, ne peut plus ignorer la chose et se demande comment sa mère accepte la situation. Bien en apparence puisque le choix est des rester dans les conventions. Tout l'art de l'auteure est de faire ressentir le malaise insidieux face à une situation peu conventionnelle s'il en est. De plus, Marie doit également gérer ses amours naissantes avec un Milo, mécanicien vivant à l'autre bout du monde et qui revient pour quelques semaines s'installer chez elle.

A notre époque moderne et décomplexée, comment gérer sa vie amoureuse et celle de ses parents?

 

 

17:40 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Romans, Seuil | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature belge, ariane le fort, roman, auteur belge, seuil |  Facebook |

01/03/2013

"Le bon coupable", Armel Job

 

 

armel job, auteur belge, roman, robert laffont, policier, conte

Par un beau dimanche d’été, la petite Clara, soleil de ses parents et de son frère se fait écraser le long de la grand route qui sillonne leur village. La petite allait rechercher son papa qui avait rejoint son garage suite à une dispute avec sa femme.

Pour cet accident sans témoin, le coupable est tout trouvé en la personne de Carlo Mazure. En état d’ébriété, sa voiture a plongé dans la rivière quelques kilomètres plus loin et il a été retrouvé peu après à l’heure du tragique accident. Mais un autre automobiliste est passé à vive allure sur cette route à peu près au même moment et celui-ci n’est autre que le procureur du roi, Régis Lagerman.

Qui des deux est coupable de ce drame qui frappe une famille dont les membres sont également en prise avec leurs démons intérieurs.

Tout le jeu d’Armel Job est de nous faire réfléchir au sentiment de culpabilité que chacun peut ressentir un jour ou l’autre face à des événements et à la manière de prendre nos responsabilités face à celui-ci.

Comme souvent dans les romans d’Armel Job, nous sommes dans les années soixante, période de prédilection de l’auteur, car elle lui permet de mettre les choses à distance et de donner un petit côté coloré à l’histoire. De plus les mentalités de cette époque ne sont plus les mêmes qu’aujourd’hui surtout face au sentiment de culpabilité,  sujet de ce roman.

Un tout grand Armel Job.

éd. Robert Laffont

11/12/2012

Une place à prendre, J.K. Rowling, Grasset

place.gif

Fan d'Harry Potter et intriguée par les critiques assez virulentes contre ce livre, je me suis plongée dedans.

Malgré un début difficile dû à la description en chaîne des personnages du livre, j'ai accroché à l'histoire.

Un joli village anglais s'est vu imposé la construction d'une cité sociale à ses frontières et depuis lors plus rien n'est pareil à Pagford. Le conseil paroissial doit accepter de voir des citoyens peu "reluisants" arpenter leurs jolies petites rues pour aller au centre de désintoxication et des enfants mal élevés s'asseoir aux mêmes bancs que leurs chérubins. Mais un membre influent et pro-cité vient à mourir et c'est l'occasion pour tout ce petit village d'essayer de placer à ce siège un "anti-cité".

La description des personnages est vraiment un point fort de Rowling et même si le côté social du livre n'est pas spécialement amusant, j'ai été touchée par le roman.

Oui il y a quelques longueurs et tout n'est pas toujours subtil mais après sept tomes de Harry Potter, je trouve personnellement que J.K. Rowling a été très courageuse de se remettre à écrire quelque chose d'absolument différent. On l'attendait au tournant, je trouve qu'il n'est pas si mal pris.

12:41 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Grasset | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : auteur anglais, grasset, roman |  Facebook |

10/12/2012

14, Jean Echenoz, éditions Minuit

echenoz.gif

Petit roman par la taille mais grand roman par la qualité. D'une écriture concise et recherchée grâce à laquelle on est plongé dans l'horreur de la Grande Guerre comme on l'a surnommée. 

5 hommes s'en vont à la guerre la fleur au fusil, certains que celle-ci ne va pas durer, une jeune femme enceinte attend le retour de l'un d'entre eux. Comment vont-ils vivre cette guerre du côté des combattants ou des civils.

Je ne dévoilerai rien de plus mais je vous le conseille vivement.

Laurence

 

 

12:41 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Minuit, Romans | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : auteur français, roman, guerre |  Facebook |

06/12/2012

"Le géranium de Monsieur Jean", Michel Torrekens

 IMG_3522.JPG

Le 22 novembre je recevais Michel Torrekens pour la sortie de son roman "Le géranium de Monsieur Jean" édité chez Zellige.

Ce magnifique roman évoque la fin de vie de Jean, ancien horticulteur, qui voit son espace de vie se réduire à une chambre de maison de repos. Alors qu'on pourrait penser qu'il va se morfondre, au contraire c'est l'occasion pour lui dévoquer ses souvenirs, de profiter encore des petits bonheurs et de remettre en perspective sa vie. Plein de poésie et de trouvailles narratives, ce livre a ému tous ceux qui l'ont lu jusqu'à présent.

Nous étions près de 75 personnes à venir écouter l'auteur,  natif de Gembloux et bien connu des Gembloutois.

Une très belle soirée dont voici quelques photos en noir et blanc. Dès que j'ai récupéré le fichier avec mes photos, je le poste sur facebook. 

Vu l'affluence, la soirée a eu lieu à la Clé des champs, sur la place de l'Orneau. Merci à Annick et Greta pour leur accueil.

IMG_3523.JPG

10:15 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Romans, Zellige | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gembloux, roman, michel torrekens, auteur belge, animation |  Facebook |

06/09/2012

Quand la lumière décline, Eugen Ruge

513otMqhICL._SL500_AA300_.jpeg

 

Le deuxième roman lu pour la rentrée littéraire de 2012, est le premier livre d'un auteur né en Sibérie en 1954, mathématicien de formation, passé à l'Ouest en 1988, un an avant la chute du mur de Berlin.

Il nous conte dans ce roman l'histoire d'une famille russo-allemande acquise aux idéaux révolutionnaires communistes. Sur quatre générations, grâce à une construction littéraire qui entremêle les époques et les voix, nous suivons l'évolution de cette famille : Les grands-parents, Charlotte et Wilhelm, exilés au Mexique pendant la guerre qui décident de rentrer en RDA dans les années cinquante pour construire leur pays selon l'idéal communiste; leur fils Kurt, intellectuel, qui a fuit le nazisme à Moscou et survécu aux années de Goulag sous Staline. Alexander, le petit-fils, qui ne trouve pas sa place ni dans sa famille ni dans son pays et puis Marcus l'arrière petit-fils, imperméable aux idées communistes mais bien plongé dans un monde sans repère.

Lors de l'anniversaire du patriarche, une nouvelle va bouleverser la famille et l'ordre des choses. Peu à peu, au fil des chapitres, on comprend mieux la vie de chacun et les pensées profondes qui les animent.

Les personnages secondaires sont magnifiques également.

Un tout bon roman, qui je l'espère, ne passera pas inaperçu parmi les centaines de romans de la rentrée.

Laurence

09:16 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Les Escales | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature étrangère, nouveauté, rentrée 2012, roman, histoire, les escales |  Facebook |