27/04/2015

Vladimir et Clémence, Cécile Hennerolles et Sandrine Bonini, Grasset jeunesse

vladimir-clemence.jpg

La vie avait donné à Vladimir un prénom qui sentait la neige fraîche, et une vilaine myopie qui le contraignit très tôt à porter d’affreuses lunettes.

On n’a jamais vraiment su si c’était à cause de ses yeux qui ne voyaient pas très bien que Vladimir avait décidé de regarder le monde à travers son appareil photo. Ou peut-être était-ce simplement parce qu’il aimait le petit clic qu’on entend à l’oreille, et qu’on sent sous les doigts, au moment d’appuyer sur le bouton pour fixer l’instant à tout jamais.

Toujours est-il que la photographie devint son métier.

Ainsi commence Vladimir et Clémence, l’histoire d’une rencontre entre un photographe spécialisé dans les portraits de personnes âgées et une jeune femme invisible qui apparaît un jour mystérieusement devant son objectif. A partir de cet instant, Vladimir n’a de cesse de la retrouver…

Un conte délicat et poétique, tout en tendresse et joliment illustré, à mi-chemin entre Le Petit Prince (on ne voit bien qu’avec le cœur) et Amélie Poulain (Clémence l’Invisible s’est donnée la mission d’aider les gens et de les rendre heureux en traçant des mots et des flèches à la craie sur leur chemin). Une histoire d’amour, de différence, de photos de famille et de petits cailloux blancs semés ici et là…

Une histoire qui rend heureux…

 

14:40 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Grasset, Litttérature de jeunesse | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : vladimir et clémence, amour, différence, photographie |  Facebook |

23/04/2015

Vide-grenier. Voyage dans la mémoire, Patrick McGuinness, Grasset

videgrenier.jpg

Patrick McGuinness est un écrivain britannique né en Tunisie et vivant au Pays de Galles. Dans ses veines coule du sang irlandais… et belge. Et c’est justement ses origines belges que l’auteur met à l’honneur dans ce Vide-grenier.

Fils de diplomate, Patrick McGuinness a suivi ses  parents au gré des affectations de son père (Iran, Venezuela, Roumanie…), mais son port d’attache reste encore aujourd’hui la maison de sa grand-mère à Bouillon. C’est là qu’il nous emmène pour un voyage dans la mémoire au cours duquel il se souvient de sa famille, des personnes qui peuplaient la ville quand il était enfant, des surnoms qui collent à la peau (un Pistache reste un Pistache même s’il a traversé l’Atlantique)…

Au gré d’anecdotes personnelles ou historiques, le lecteur fait la connaissance de Julia, Lucie, Eugène… et croise (plus ou moins heureusement) le chemin de Verlaine et Rimbaud, Léon Degrelle ou Simone Signoret.

Une manière de découvrir Bouillon sous un autre jour… et de voyager dans sa propre mémoire car, inévitablement, les évocations de l’enfance de Patrick McGuinness nous rappellent à nos propres souvenirs, nos absents, ces lieux disparus mais intacts au fond de soi, ce doux parfum d’enfance que l’on porte secrètement en soi, partout, toujours.

15:43 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Grasset | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vide-grenier, patrick mcguinness, mémoire, souvenirs, enfance, belgique, bouillon |  Facebook |

16/12/2014

Juste une fois, Alexandre Jardin, Grasset

https://www.youtube.com/watch?v=bVRlfZ1bV5Q

Fameux « teaser » en bon Français ! Tu te demandes pourquoi cet envoi ?

 

Eh bien, il est à la base de l’achat du livre d’Alexandre Jardin.

 

Cette  chanson passait  à la radio, dans la voiture, et mon épouse s’est rappelée  avoir entendu, à Vivacité « le 8 – 9 » une entrevue entre Alexandre Jardin et Benjamin Maréchal.

 

En France, il recevrait des reproches : des lecteurs  trouvaient dommage que le roman comporte beaucoup d’expressions québécoises !!!

 

Mais bon sang, un roman est crédible et vivant s’il est écrit en langue locale !

 

C’est suite à cette réflexion ( nombrilisme parisien, pas de doute)  que je me suis dit que, celui-là, je l’achèterais.

 

De plus, quand j’ai appris qu’il se passait aux alentours du lac Masson *, il n’y avait plus de doute, je le lirais.

 

Bon, ça, c’est le préambule. Ce que tu attends, c’est un avis de ma part non ?

 

Eh bien, j’ai lu le livre en 2 jours (bon, je suis retraité, d’accord). Mais il me plaisait bien. C’est vrai qu’on y parle plus Québécois que Français de Paris. C’est tant mieux : on s’y croirait. J’ai lu les remerciements de l’auteur, je veux bien le croire : il a fait relire par des personnes  du cru.  Entre nous, n'oublie pas que j'avais fait une remarque à Armel Job quant à ses expressions traduites en Français du wallon  dans la malédiction de l'abbé Choiron)

 

L’histoire est gentillette, proche de Levy ou Musso, si tu vois ce que je veux dire. Ça pourrait donner un bon petit film américain du nord aussi.  Style « l’amour dans de beaux draps » (sibling rivalry en VO). J’ai bien aimé certains Levy d’ailleurs, quand on se laisse prendre par l’histoire, dans un transat’ en vacances.

 

Le moins bon, c’est que la fin me laisse sur la mienne. Drôle de phrase : relis, tu comprendras J.

 

J’ai l’impression que Jardin s’essouffle. Il semble bâcler les dernières pages. Je n’ai même pas eu les larmes aux yeux, ou la gorge sèche ; c’est un signe !

 
  • Sainte-Marguerite du Lac Masson : lieu où est née Chantal qui a tenu le café « la Belle Province » à Bossière. Chantal était LA Québécoise avec son accent, ses expressions, sa joie de vivre. Elle a remis son commerce suite à une divergence de vue avec le propriétaire des lieux.

Jacquy.

12:46 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Grasset | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : l'avis de jacquy, grasset |  Facebook |

01/02/2014

"L'éveil de mademoiselle Prim", Natalia Sanmartin Fenollera, Grasset

eveil.jpg  commander en ligne

 

Prudence Prim, jeune femme intelligente et bardée de diplômes, est attirée par une petite annonce recrutant une bibliothécaire pour faire du rangement dans celle d'un "gentleman" vivant avec enfants et chiens. Elle arrive à son grand étonnement dans un charmant village vivant en marge de la société moderne. Les parents, par exemple, donnent cours aux enfants en fonction de leurs connaissances, les auteurs grecs et latins étant privilégiés aux auteurs contemporains. La communauté essaie de vivre en autarcie et prône certaines idées qui heurtent mademoiselle Prim, habituée à une vie plus moderne.  Il s'en suit entre cette jeune femme et son patron, l'homme au fauteuil ainsi qu'il est dénommé dans le livre, de nombreuses discussions parfois houleuses car les points de vue ne sont pas les mêmes.

Une histoire bien agréable qui ne va pas jusqu'à l'histoire d'amour, comme on le craint à certains moments, mais qui nous donnent à réfléchir sur notre société hyper moderne qui passe peut-être à côté de l'essentiel. Les personnages sont attachants même si celui de Prudence Prim, à certains moments, énerve quelques fois par son côté un peu trop rigide.

Un livre à lire au coin du feu pour se délasser tout en apprenant quelques mots de vocabulaire au passage et qui donne aussi l'envie de se faire une liste de lectures.

 

17:05 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Grasset, Romans | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : grasset, romans étrangers, roman |  Facebook |

10/09/2013

"Le quatrième mur", Sorj Chalandon, Grasset

4.jpg

Sorj Chalandon nous offre à nouveau un livre magnifique et pourtant sur un thème de guerre encore une fois.

Le narrateur, Georges, activiste de gauche durant les années 68-73 en France, fait la promesse à son ami, Samuel, metteur en scène de monter Antigone de Jean Anouilh à Beyrouth durant la guerre du Liban.

Nous en sommes en 1982 et Samuel, grec de confession juive rêve d'une trêve de deux heures pour jouer cette pièce avec un acteur de chaque camp, chrétien, druze, palestinien, shiite et sunnite. Incapable de réaliser son rêve, Georges va prendre la relève et découvrir un pays où chaque communauté est magnifique mais n'arrive pas à s'entendre avec l'autre.

Malgré toute la bonne volonté, Georges n'arrivera pas à imposer cette trêve et va être happé par la guerre.

J'ai refermé ce livre complètement bouleversée.

Un futur prix littéraire de cet automne assurément. => Il a reçu le prix Goncourt des lycéens.

commander en ligne / commander l'ebook

10:56 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Grasset | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : rentrée 2013, roman, guerre, prix |  Facebook |

11/12/2012

Une place à prendre, J.K. Rowling, Grasset

place.gif

Fan d'Harry Potter et intriguée par les critiques assez virulentes contre ce livre, je me suis plongée dedans.

Malgré un début difficile dû à la description en chaîne des personnages du livre, j'ai accroché à l'histoire.

Un joli village anglais s'est vu imposé la construction d'une cité sociale à ses frontières et depuis lors plus rien n'est pareil à Pagford. Le conseil paroissial doit accepter de voir des citoyens peu "reluisants" arpenter leurs jolies petites rues pour aller au centre de désintoxication et des enfants mal élevés s'asseoir aux mêmes bancs que leurs chérubins. Mais un membre influent et pro-cité vient à mourir et c'est l'occasion pour tout ce petit village d'essayer de placer à ce siège un "anti-cité".

La description des personnages est vraiment un point fort de Rowling et même si le côté social du livre n'est pas spécialement amusant, j'ai été touchée par le roman.

Oui il y a quelques longueurs et tout n'est pas toujours subtil mais après sept tomes de Harry Potter, je trouve personnellement que J.K. Rowling a été très courageuse de se remettre à écrire quelque chose d'absolument différent. On l'attendait au tournant, je trouve qu'il n'est pas si mal pris.

12:41 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Grasset | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : auteur anglais, grasset, roman |  Facebook |

24/05/2012

Triste nouvelle

Jacqueline Harpman est décédée aujourd'hui. Psychanalyste et auteure belge bien connue, elle nous laisse une très belle oeuvre dont  "La plage d'Ostende", "Orlando", "En toute impunité", "Moi qui n'ai pas connu les hommes". Ce roman est sans doute celui qui m'a le plus marquée en tant que lectrice.

Je l'avais reçue au Collège Saint-Guibert en 2004 lors d'une très agréable après-midi durant laquelle nous avions parlé du livre "Le passage des éphémères" édité chez Grasset.

Pour une biographie plus complète je vous renvoie à l'article du Vif l'Express.

Et si vous n'avez jamais rien lu d'elle je vous invite à le faire.

 

Laurence

 

 

 

15:52 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Actualité et animations, Grasset, Livre de poche | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature belge, auteur belge, décès |  Facebook |