26/05/2016

Hôzuki, Aki Shimazaki, Leméac/Actes Sud

hozuki.jpg

Hôzuki, c’est le nouveau roman subtile et délicat d’Aki Shimazaki. Il succède à Azami, mais peut se lire de manière totalement indépendante.

Mitsuko, la narratrice, tient une boutique de livres d’occasion réputée. Elle vit avec sa mère, son fils, Tarô, enfant métis sourd et muet, et leur vieux chat, Socrate. Mitsuko a eu des amants, mais aujourd’hui elle n’en a plus le temps, entre sa librairie et son job d’entraîneuse dans un bar le vendredi soir. La vie s’écoule, sans passion, mais sans douleur apparente non plus.

Jusqu’au jour où une cliente particulière entre dans la boutique, accompagnée de sa petite fille : Hanako. Distinguée, elle n’appartient pas au monde de Mitsuko. Pourtant, celle-ci sera entraînée malgré elle à nouer connaissance avec cette femme. En effet, Tarô et Hanako, leurs enfants, sympathisent immédiatement et semblent liés par une étrange attraction…

10:39 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Actes Sud, Romans | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : japon, maternité |  Facebook |

23/05/2016

Hommages aux invisibles : Beaux Jeunes Monstres / Vivement l'avenir, Marie-Sabine Roger, Actes Sud (Babel)

Beaux Jeunes Monstres, c’est un texte de Florent Barat, une réalisation du collectif Wow, une fiction radiophonique exceptionnelle autour du handicap à écouter de toute urgence !

« Beaux Jeunes Monstres » c’est un hommage aux invisibles.

Pour donner la parole à ceux qui ne l’ont pas, une place à ceux qu’on ne voit pas.

C'est le récit d’une révolte, une révolution même.

De celles qui font tourner le monde.

Et parfois le retournent.

Pour que rien ne soit plus jamais pareil.

Beaux Jeunes Monstres, ça commence comme ça :

« Moi j’ai pas toujours été un monstre, hein.
Avant quand j’étais dans le ventre de ma mère j’étais un peu normal.
En boule, tranquille.
Comme un bébé pas né, quoi.
Et puis quand je suis sorti, je suis pas vraiment sorti en fait.
J’ai passé la tête, et puis c’est là que j’ai commencé à faire le monstre, je crois. »

Ces mots sont ceux du narrateur de ce récit, William (alias Willy ou Wheeling). Ces mots pourraient être ceux de Gérard, alias Roswell, l’un des personnages attachants du dernier roman publié en poche de Marie-Sabine Roger, Vivement l’avenir.

avenir.jpg

Gérard est handicapé, il vit avec son frère, Bertrand, et la femme de celui-ci, Marlène. Pour mettre un peu de beurre dans les épinards, Marlène et Bertrand ont une locataire, Alex. Look androgyne, allure d’adolescente malgré ses trente ans, Alex est une errante. Depuis qu’elle a quitté ses parents à 18 ans, elle ne passe jamais plus de six mois au même endroit et, surtout, elle ne s’attache pas. Jamais. A personne. Alors quand malgré elle, elle se prend de tendresse pour Gérard, ça l’ennuie Alex. D’autant qu’elle n’en a plus pour longtemps ici. Et pourtant, elle aime ça lui raconter des histoires, déchiffrer les poèmes qu’il lui déclame, le voir heureux, lui fabriquer un engin pour le balader le long du canal. C’est là qu’ils rencontrent Cédric et Olivier. Et que l’aventure commence !

« Donner la parole à ceux qui ne l’ont pas, une place à ceux qu’on ne voit pas. » Ce pourrait être la devise de Marie-Sabine Roger. Une auteure qui excelle dans l’art des rencontres improbables et parvient à nous faire réfléchir, rire et rêver même avec des personnages que l’on peut croiser au coin de la rue chaque jour sans même les apercevoir. Ces personnes transparentes sur lesquelles le regard glisse ou qu’il traverse, dont on se détourne par peur, dégoût, ignorance. Dans ce roman, Marie-Sabine Roger nous en propose une sacrée brochette. Et pourtant, sous sa plume tendre et drôle, qu’ils deviennent beaux ces jeunes monstres, qu’ils deviennent lumineux ces invisibles. « Ce qu’il faut, c’est écrire juste. En tout cas, il faut le tenter », dit Marie-Sabine Roger. Eh bien, encore une fois, c’est un pari réussi !

 

15:41 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Actes Sud, Romans | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/05/2016

Le retour de Juliette Pommerol et Antoine Dole

Humour, amour et fantaisie au programme !

Pommerol.jpg

Souvenez-vous, l’année dernière, Juliette Pommerol devait partir quatre semaines en Chine avec toute sa famille ; malheureusement, le voyage était tombé à l’eau. Les Pommerol, experts en mensonge, avait pourtant réussi à convaincre tout le monde qu’ils étaient bien partis !

Eh bien, cet été, Juliette part deux semaines à Londres dans une famille d’accueil. Encore une fois, tout part d’un mensonge pour ne pas perdre la face : hors de question pour Juliette de laisser ses camarades la prendre pour une poule mouillée, elle va leur montrer qu’elle aussi est capable de quitter le cocon familial ! Et pour être sûre d’être admise, Juliette va répondre « oui » à tout…Le camping ? Evidemment qu’elle adore ça ! … Ou pas ! Quand sa famille d’accueil l’emmène camper dans les Highlands, Juliette a beau être émerveillée par les paysages écossais, les moustiques et le montage de tente ne l’enchantent pas autant. Et si ce voyage lui réservait de belles surprises ?

Juliette Pommerol chez les Angliches, Valentine Goby, Thierry Magnier.

 

cameleon.jpg

L’année dernière, Antoine Dole nous proposait un très chouette roman intitulé Le baiser du mammouth. Son héros, Arthur, était amoureux de Fiona, la meilleure de amie de sa grande sœur. Le problème, c’est que Fiona avait 15 ans et Arthur, 9 ans. Celui-ci avait alors trouvé une solution : congeler Fiona jusqu’à être assez grand pour vivre son amour au grand jour.

Aujourd’hui, oubliée Fiona ! Arthur est amoureux de Bérénice… et Camille. Des sœurs jumelles aussi différentes que le jour et la nuit. Les jours de pluie, sous le préau, Arthur aime Bérénice, toujours plongée dans un livre, imperturbable ; les jours de soleil, il aime Camille, toujours prête à faire des bêtises. Puisqu’il ne peut choisir, Arthur décide de devenir l’amoureux parfait pour chacune d’entre elle : il sera passionné de sciences et de philosophie pour charmer la première ; casse-cou et espiègle pour séduire la seconde. Comme toujours, Arthur fait preuve d’une imagination débordante !

Mon cœur caméléon, Antoine Dole, Actes Sud Junior.

16:48 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Actes Sud, Litttérature de jeunesse, Romans, Thierry Magnier | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mensonge, humour, amour, camping, école |  Facebook |

11/05/2016

Un club de lecture pour les ados.- Premiers comptes-rendus - Les lectures de Fanny

mercredi.jpgLa guerre des mercredis, Gary D. Schmidt, Ecole des loisirs.

 

S’il y a un élève du collège que Mme Baker, la prof d’anglais, ne peut pas voir en peinture, c’est bien lui, Holling Hoodhood.
Chaque mercredi, alors que la moitié de la classe de cinquième est dispensée de cours pour se rendre à la synagogue, et que l’autre moitié va au cathéchisme à l’église de la paroisse, Holling Hoodhood, qui n’est ni juif ni catholique, est le seul et unique élève à rester en cours avec Mme Baker.
Elle le lui fait payer. Cela fait plusieurs mercredis qu’il nettoie les tableaux, dépoussière les effaceurs, retire les toiles d’araignée, décrasse les fenêtres. Et voilà que Mme Baker s’est mis en tête de lui faire lire du Shakespeare ! Encore un stratagème pour le faire périr d’ennui.
Pendant que Holling Hoodhood découvre La tempête et s’aperçoit que Mme Baker est moins mauvaise qu’elle n’en a l’air, l’histoire des États-Unis suit son cours. Robert Kennedy se porte candidat à la présidence, la lutte pour les droits civiques prend de l’ampleur, la guerre du Vietnam fait rage… Nous sommes en 1968, et l’Amérique s’apprête à vivre l’une des années les plus violentes de son histoire

 Fanny qui a trouvé que l'histoire était jolie, pas simpliste. L'histoire de cet ado sur fond de guerre du Vietnam l'a touché et lui a donné l'envie de lire Shakespeare.

Elle a aussi apprécié l'écriture fluide qui facilite la lecture.

à partir de 12 ans

de stock à la librairie

couv-hiver.jpg

Un hiver en enfer, Jo Witek, Actes Sud

Pour se rassurer, Edouard aligne ses crayons de couleurs toujours dans le même ordre. Timide et peur sûr de lui, cet adolescent de 15 ans est victime, depuis son entrée au collège, de graves harcèlements. Pour supporter son calvaire, il s'évade sur la toile dans la peau d'un puissant avatar. Le jeune homme vit avec son père qu'il apprécie beaucoup à l'inverse de sa mère maniaco-dépressive qui est incapable de lui donner la moindre affection. Le destin s'acharne sur Edouard qui se retrouve, du jour au lendemain, orphelin de père. Désormais, il partage son existence avec sa génitrice qui, s'autoproclamant guérie, lui témoigne une attention aussi excessive qu'étouffante. S'ensuit un face à face cruel et sordide aux confins de la folie et de la mort.

Fanny avait très envie de le lire et elle n'a pas été déçue. L'histoire est très sombre mais c'est adapté aux adolescents. On ne comprend pas toujours ce qui se passe dans la tête du héro car tout est dit de son point de vue avec un vocabulaire et un langage très actuel mais cela lui a beaucoup plu.

à partir de 14 ans

pas de stock, à commander.

ayti.jpg

La dernière reine d'Ayiti, Elise Fontenaille-N'Diaye, Rouergue

C’est l’histoire d’une île paradisiaque qui fut longtemps habitée par un peuple doux qui n’aimait pas la violence. En 1492, trois grands bateaux accostèrent sur ses plages, et en descendirent des êtres bizarres à la peau claire… Par la voix du neveu de la dernière reine des Taïnos, Anacoana, Elise Fontenaille raconte le génocide du peuple des Taïnos lors de l’arrivée de Christophe Colomb aux Antilles…

 

L'écriture paraît un peu simple mais c'est pour faciliter la compréhension du sujet très dur abordé, celui du génocide du peuple Taïnos lors de la colonisation par Christophe Colomb et Barbe rouge . C'est une histoire très sanglante et triste mais ça ouvre les yeux sur la colonisation.
Fanny a beaucoup aimé et a envie de s’instruire sur la colonisation grâce à ce livre.

à partir de 12 ans

pas de stock, à commander

diable.jpgDe la part du diable, Alina Basso, Thierry Magnier

A seize ans, il est temps pour Dorothe, fille d’une famille aisée, de se marier. Son nouvel époux, beaucoup plus âgé qu’elle, fait toutefois montre de prévenance et soutient sa jeune femme dans le dépaysement que lui procure leur installation au nord de la Norvège, où il va exercer en tant que magistrat. Elen a seize ans également, et vit depuis toujours là où Dorothe arrive. Fille d’une femme célibataire aux nombreux enfants, elle en a hérité la forte personnalité et le don de soigner les gens. Rien ne prédisposait Dorothe et Elen à se rencontrer. Et pourtant, parce que le nouveau roi de ce petit comté a décidé de chasser les sorcières, et parce que les événements s’enchaînent inéluctablement et sans espoir, les deux jeunes filles seront amenées à se côtoyer pendant quelques jours, avant que l’une d’elle ne s’en aille…

 

L'histoire est écrite à la première personne – déstabilisant car il y alternence entre deux filles – Dorothée et Ellen.
Parle de la sorcellerie –On est transporté dans le temps et l’espace puique que cela se passe au 17°S
écriture un peu bizarre impression que phrases pas terminées,  c'est sans doute dû à la traduction.
La fin est très poétique, surprenante et étrange mais c'est très beau.

A partir de 15 ans

pas de stock, à commander

 

 

 

 

 

 

 

 

 

09/05/2016

Quoi qu'il arrive, Laura Barnett, Les Escales

Barnett.JPG

En 1958, à Cambridge. Alors qu’elle se rend en cours à vélo, Eva roule sur un clou. Un étudiant, Jim, l’accoste en lui demandant si tout va bien. Ils n’en savent rien encore, mais cet événement sera déterminant pour leur avenir.

A partir de cet instant, Laura Barnett imagine trois destins possibles pour Eva et Jim. La jeune Eva quittera-t-elle son petit ami, l’ambitieux acteur David Katz, pour céder au charme du bel inconnu qu’elle vient de croiser ? Ou accordera-t-elle à peine un regard à cet étranger qui lui propose son aide et le rencontrera-t-elle réellement plus tard ? Comment leurs vies intimes, mais aussi leurs carrières et leurs projets respectifs seront-ils influencés par cette première rencontre ?

S’il faut un peu de temps pour s’habituer à la construction étonnante de ce roman – les trois versions s’alternent de telle manière que le lecteur avance progressivement et parallèlement dans chacune des vies « simultanément » –, on finit par prendre ses marques et par naviguer plus aisément dans ces futurs possibles pour Jim et Eva. Laura Barnett explore les bonheurs et les aléas d’une vie de couple déployée sur plusieurs décennies ; les moments de fusion et les trahisons ; les épreuves à surmonter ensemble ou séparément ; les douleurs et les réconciliations. Au travers de personnages profondément humains, à la fois d’une force incroyable, d’une grande lâcheté parfois et d’une émouvante fragilité, l’auteure nous invite à observer avec un peu de distance et d’indulgence les choix de chacun. Soulignons qu’elle réussit à mener ces trois intrigues de front tout en gardant une parfaite cohérence.

14:42 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Romans | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : amour, couple |  Facebook |

30/04/2016

Il pleut ? Lisons !

Vous êtes nombreux aujourd'hui à venir faire le plein de lecture pour occuper ce week-end pluvieux. Un choix judicieux ! Si vous n'avez pas d'idées, voici deux suggestions pour vous inspirer :

 

bandit.jpg

Le bandit moustachu, c’est un peu le Robin des Bois de d’Europe de l’Est au début de du XXe siècle. Un jour, le bandit rencontre Gheorghe Marinescu et lui révèle naïvement la planque où est amassé son butin. Le rusé Marinescu, appâté par le gain, laisse le voleur croupir dans sa cave jusqu’à ce qu’il meurt de faim. Mais celui-ci aura le temps de jeter sur la lignée Marinescu une terrible malédiction : malheur aux fils aînés de la famille jusqu’en l’an 2000.

Irina Teodorescu énumère les truculentes et tragiques péripéties de la famille Marinescu, « dans une langue à l’inventive fantaisie qui mêle sans complexe mélancolie balkanique et truculence rabelaisienne ».

La malédiction du bandit moustachu, Irina Teodorescu, Actes Sud, Babel.

 

flammes.jpg

Le 4 mai 1897, un incendie éclate au Bazar de la Charité, une vente de bienfaisance durant laquelle les belles et nobles dames s’amusent à jouer à la vendeuse sous couvert de bonnes œuvres. Cette après-midi-là, deux événements sont attendus avec ferveur et enthousiasme : la bénédiction du nonce apostolique et une nouvelle attraction appelée le cinématographe. Autant dire que la foule afflue. Quand soudain, la cabine du projectionniste prend feu. Très rapidement, le bâtiment s’embrase et de nombreuses victimes se retrouvent piégées dans les flammes.

Gaëlle Nohant s’inspire de ce fait divers pour déployer l’intrigue de son roman où se côtoient, entre autres, une comtesse, veuve au passé trouble ; un cocher héroïque ; une jeune fille pieuse qui vient de rompre ses fiançailles ; le fiancé éconduit, aspirant journaliste dont la réputation sera rapidement et sournoisement ternie…

La part des flammes, Gaëlle Nohant, Livre de poche.

12:59 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Actes Sud, Livre de poche, Romans | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : humour, historique, 19e siècle |  Facebook |

28/04/2016

C'est du belge (3) : Les enfants de la Résistance Tomes 1 et 2, Benoît Ers et Vincent Dugomier, Le Lombard

enfants résistance 1.jpg

enfants résistance 2.jpg

Les enfants de la Résistance, une série de bandes dessinées qui invite un public jeune à découvrir les dessous de la Résistance en suivant le parcours d’enfants de leur âge : François, Eusèbe et Lisa.

François est le narrateur. Il a 13 ans et son insouciance s’envole bien vite quand il est confronté au pas des Allemands dans la rue, à l’arrivée d’une petite belge germanophone dont les parents ont disparus (en réalité, Lisa est allemande et ses parents ont été exécutés, car ils s’opposaient au régime nazi), à la mort au front de Martin, le jeune éclusier du village…

Écœuré, révolté par ce qu’il observe et ce qu’il entend, François décide de résister à l’ennemi. Avec son ami, Eusèbe, il imprime des tracts et les distribue dans le village. Les deux enfants provoquent également un sabotage pour enrayer les projets de l’occupant.

Progressivement, les enfants découvrent qu’ils ne sont pas les seuls à mener des actions de résistance et ils s’interrogent sur la manière de relier ces personnes afin de créer un véritable réseau structuré et efficace.

Présentée comme l’adaptation du journal d’un enfant pendant la guerre, cette BD offre un point de vue original et très intéressant. Chaque tome est agrémenté d’un dossier « pour en savoir plus ». Le premier aborde les témoignages d’enfants sur la guerre, la situation de la France au moment de l’armistice, l’exode des populations civiles (il n’est pas inutile de rappeler aux jeunes que leurs propres grands-parents ou arrière-grands-parents ont eux aussi été des réfugiés) et les débuts de la Résistance en 1940. Le deuxième développe la question de la Résistance : comment des individus isolés ont-ils pu se réunir pour créer des réseaux de résistants et comment ces réseaux se sont-ils développés ? D’autres sujets sont évoqués également : la question de prisonniers de guerres et celle peu souvent évoquée des prisonniers coloniaux ; la politique raciale des nazis (avec un rappel de ce qu’est le racisme, intéressant à rappeler aussi en nos temps troublés) ; enfin, sont abordées les différents pactes et alliances entre pays durant cette guerre mondiale.

Les enfants de la Résistance, Tome 1 Premières actions – Tome 2 Premières répressions, Benoît Ers et Vincent Dugomier, Le Lombard

17:05 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans album de jeunesse, Bande dessinée | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lombard, guerre, enfants, résistance, histoire |  Facebook |