23/04/2014

Markus Zusak, "La voleuse de livres" et "Le messager"

L'auteur du livre " La voleuse de livres", Markus Zusak vient de sortir un nouveau roman. C'est l'occasion de vous faire une compte-rendu de ces deux livres.

livres.jpg

La mort n'est pas cette silhouette sans visage cachée dans une grande cape noire et qui décime les êtres vivants à coups de faux sur fond de ciel d'encre noire. La Mort est consciencieuse et doit juste faire son boulot sans se poser de questions ; il lui arrive même d'être aimable mais sans aller jusqu'à la gentillesse. Non, la Mort n'est pas "gentille" mais elle a parfois des états d'âme et surtout elle est intriguée par l'espèce humaine. C'est ainsi qu'une fillette, Liesel Meminger, trouvée à trois reprises sur sa route va éveiller sa curiosité. Et quand le récit de la "Voleuse de livres" sera menacé de disparaître à jamais, la Mort qui n'intervient jamais va s'en emparer et nous conter l'histoire, se laisser aller à quelques confidences et même révéler un secret...
Ce livre est une petite merveille pour tous les amoureux des mots. Dans un Munich ravagé par la guerre, le nazisme vu du côté allemand et la Mort narratrice en font une œuvre très originale. Une vraie réussite de par la construction, le procédé narratif, le style puissamment poétique, les personnages atypiques mais tellement attachants.

 

Magnifique livre ... plein de sensibilité et d'originalité : les années de guerre en Allemagne racontée par la Mort, à travers la vie d'une jeune fille qui va découvrir la guerre, le nazisme, l'amitié, l'amour et les déchirures et ... les livres !! Les livres qui vont lui permettre de surmonter les horreurs de la guerre. J'ai adoré !

A lire d'urgence!!!

Le livre a été adapté au cinéma récemment.

messager.jpg

 

Ed Kennedy a 19 ans. Il végète dans son boulot de chauffeur de taxi et passe son temps libre à boire et à jouer aux cartes avec ses potes Marvin et Ritchie, aussi perdus que lui dans la vie. Il vit seul avec son chien, Le Portier et il est fou amoureux d'Audrey, sa meilleure amie.

Le temps s'écoulent, monotones, jusqu'au jour où, malgré lui, il fait capoter un cambriolage à la banque et parvient à faire arrêter le braqueur.

Et c'est à ce moment que la première carte arrive. Il va devenir le Messager. Il a été "choisi" pour aider trois personnes qu'il ne connait absolument pas. Il hésite mais commence tout de même à enquêter et à chercher ce qu'il doit exactement faire.

Ses recherches le mèneront à des situations tantôt dures, tantôt émouvantes. Il devra aller puiser très loin au fond de lui le courage, les ressources nécessaires pour mener à bien ses missions.

Mais jusqu'où tout cela le mènera-t-il?? Acceptera-t-il tout sans conditions?? Combien de cartes va-t-il recevoir encore après la première?? Saura-t-il voir assez clair et être assez fort pour arriver là où "on" voudrait qu'il aille???

Un roman très prenant, plein de rebondissements et de surprises. Une aventure humaine intérieure absolument fabuleuse et enrichissante. Parce que nous?? Que ferions-nous dans ces mêmes cas de figures?? Agirions-nous de nous-mêmes? Serions-nous assez forts et physiquement et mentalement pour parvenir au but??

Et dans notre vie, n'avons-nous pas parfois besoin d'un "poussant"?? D'une personne, d'un objet, d'une parole, d'une phrase, d'un geste, d'une attitude qui nous ferait nous dépasser et aller plus loin??

Un excellent roman, à l'instar de la précédente parution de Markus Zusak

 

 

Cécile

 

14:16 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Kero, Pocket | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature étrangère, chronique de cécile |  Facebook |

19/03/2014

"La promesse du bonheur", Justin Cartwright, Actes Sud Babel

chronique de Cécile, Babel, Actes Sud, littérature anglaise

Prenez une famille comme il en existe beaucoup: le père, la mère, une fille aînée, un fils et une fille cadette. Chacun a une histoire en commun mais chacun a aussi son propre vécu. Le même évènement est ressenti de manière différente par chaque membre de la famille.
Justin Cartwright nous fait entrer dans le coeur et l'esprit même de chaque personnage et nous raconte avec brio comment les actes des uns sont ressentis par tous les autres et comment chacun réagit de manière différente. Il nous démontre que chaque geste, chaque acte posé a une interaction et une influence sur le comportement de tous.
L'un commet un délit grave, se retrouve en prison. Comment le reste de la famille vit-elle cette épreuve? Et comment se retrouver, recréer des liens "normaux" après une telle rupture avec la vie simple et ordinaire?? Comment chacun va-t-il devoir composer pour sortir de la tourmente et reprendre la route aussi sereinement que possible?

Un véritable coup de coeur pour ce roman à la fois cruel et émouvant, écrit avec justesse sans sombrer dans le sordide ou le mélo. Chaque personnage est l'égal de l'autre et intervient de façon ponctuelle . Aucun n'est privilégié. Aucun n'a de préférence et il n'y a aucun parti pris.
Une excellente lecture que je recommande...:)

17:29 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Actes Sud, Romans | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chronique de cécile, babel, actes sud, littérature anglaise |  Facebook |

14/11/2013

Transatlantic, Colum Mc Cann, Belfond

 

 

auteur américain, Belfond, chronique de Cécile,



Lily Duggan, Emily Ehrlich, Lottie Tuttle et Hannah Carson.

Quatre générations de femme. En 1919, la première a fui Dublin et une vie de domestique pour l'Amérique.  Et un fil rouge: une mystérieuse lettre confiée par Lily à Mr Brown, un des deux pilotes qui vont traverser le pacifique.

Chacune à son époque, elles ont combattu pour leur liberté, leurs droits.

Elles ont toutes été témoins de révolutions plus ou moins pacifistes , d'évolutions des technologies et des mentalités.

De l'esclavage des noirs à la révolution et la guerre en Irlande en passant par le premier vol entre l'Amérique et Dublin, l'histoire de Lily, Emily, Lottie et Hannah nous emporte dans un passé pas si lointain et pourtant, quelle différence avec ce que nous vivons aujourd'hui.

Le courage, la persévérance, la solitude, la joie, le désespoir... Autant d'émotions que nous, lecteurs, pouvons partager avec elles.

Les conditions de vie très dure, la mortalité infantile, les accidents mortels dus à une technologie rudimentaire, les rancœurs, le manque de compassion... Et malgré tout cela, le bonheur. Jamais une plainte. Des femmes au caractère fort dont , peut-être, nous pourrions nous inspirer aujourd'hui, nous qui avons tant de facilités à notre portée.

Un roman que j'ai eu beaucoup de plaisir à lire et à découvrir. Bien écrit, avec des sauts dans l'histoire. Pas spécialement d'ordre chronologique. Au début, on cherche un peu le lien entre les différentes époques et les différents personnages. Mais au fur et à mesure, les pièces du puzzle se mettent en place et on comprend. Ce n'est pas dérangeant, juste un peu perturbant. On reste attentif jusqu'au bout et on attend la fin avec impatience.

J'espère qu'il en sera de même pour vous...


Pour commander en ligne

 


15:26 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Belfond, Romans | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : auteur américain, belfond, chronique de cécile |  Facebook |

16/09/2013

Robert Mitchum ne revient pas, Jean Hatzfeld, Gallimard

cécile1.gifAchetez-le en ligne

 Premier livre de cet auteur pour moi... Et j'ai adoré.

Tout commence par une course. Poursuite??? Non. Entrainement.

Vahidin et Marija sont deux athlètes et s'entrainent pour les JO de Barcelone. Mais la guerre du Kosovo va éclater. Comment s'en sortiront-ils?? Comment vont-ils vivre et allier entrainement et patriotisme??

Par une écriture fraîche et pétillante ponctuée de faits historiques, d'un alliage de sentiments et d'émotions aussi diverses que contrastées, l'auteur nous tient en haleine et il est très difficile de laisser son livre avant d'avoir fini...

Tendresse, peur, humour, amour, doute, colère se mélangent et se conjuguent habilement au fil des pages.

Quant à Robert Mitchum, je vous laisse le soin de découvrir qui il est...

C'est d'ailleurs ce titre atypique et intriguant qui m'a attirée. :)

Et je n'ai pas été déçue.

 

Bonne lecture à vous.... 

Cécile

09:29 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Gallimard | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rentrée 2013, chronique de cécile, gallimard |  Facebook |