29/10/2015

Histoires de chats...

monsieur_rufus.jpgRufus est un petit chat plein d'imagination : chaque jour, il s'invente une nouvelle vie. Aujourd'hui, Rufus est Monsieur Rufus et "un Monsieur, ça ne joue pas, ça travaille" ! Embouteillages de chaussures, excès de vitesse d'escargots, oiseaux-voleurs de cerises, l'agent Rufus a une journée bien chargée ! Un amusant petit livre cartonné, pour les petits.

 

 Monsieur Rufus, Peter Elliott, Pastel. Commande en ligne.

 

 

jevoulaisunchat.jpg

Avis à ceux qui souhaiteraient adopter un chat, préparez-vous à accueillir une "gigantesque ménagerie". Vous croyez qu'il s'agit juste d'une petite boule de poils ronronnante ? Détrompez-vous : un chat, c'est à la fois un tigre, un lémurien, une pie ou un caméléon et bien d'autres animaux encore qui bouleverseront votre vie !

 

 

 Je voulais un chat, Fanny Robin et Lionel Larchevêque, Alice jeunesse. Commande en ligne.

 

 

jveuxpasoubliermonchat.jpg

Enfin, un chat, on s'y attache. Malheureusement, souvent, celui-ci s'en va bien trop tôt et le deuil d'un animal de compagnie n'est pas chose facile. Troubs évoque avec délicatesse et émotion le souvenir de son premier chat, Skippy, dans cette très jolie BD en noir et blanc. Entre le chat et l'enfant, se nouent une amitié et une complicité éternelles. Et quand il disparaît, Skippy laisse en l'enfant son credo indélébile : n'oublie jamais... la liberté !

 

J'veux pas oublier mon chat, Troubs, Ecole des loisirs. Commande en ligne

04/05/2015

Les fiancés, Déborah Lévy-Bertherat, Rivages

fiancés.jpg

 

Madeleine et Max se sont rencontrés à l’âge de 8 ans. La petite fille est tombée immédiatement amoureuse de ses cheveux noirs et de ses yeux de loup. Quelques années plus tard, ils se sont fiancés en cachette. Puis, Max est parti faire la guerre en Indochine, sans un au revoir. Il lui avait pourtant promis de la rejoindre pour la dernière danse au bal du 14 juillet. Mais il l’a laissée, sans un mot, et n’est jamais revenu.

Soixante plus tard, Madeleine commence à perdre la mémoire. Elle est placée dans une résidence : la Maison de l’Espérance. Là, elle n’en croit pas ses yeux : Max est revenu, elle l’a retrouvé, enfin. Elle semble si heureuse que le vieil homme qu’elle prend pour son ancien fiancé n’ose la détromper et se retrouve malgré lui dans la peau d’un autre.

René, quant à lui, est fils de garde-barrière. Enfant, il rêvait d’être conducteur de train pour rendre les gens heureux, jusqu’au jour terrible de ses 14 ans. René était marié à Giselle. Ensemble, il tenait un magasin de jouets et ils avaient une fille, Nadège. Giselle n’est plus et sa fille est aujourd’hui bien loin, mais René continue de lui écrire inlassablement les petites choses du quotidien. René se confie peu, mais il a bien des secrets : une maquette qu’il peaufine et dont il est le seul à connaître les détails cachés et un dossier blanc tout en haut de l’armoire auquel personne ne peut toucher.

René voudrait dire la vérité à Madeleine, mais comment lui expliquer sans lui faire de mal ? Et comment tout lui avouer sans qu’elle cesse de l’aimer ? Puis, René en est sûr : Madeleine, il l’a déjà rencontrée. Il reconnaît son regard de petite fille. Et il a besoin de ses confidences pour réveiller sa mémoire et retrouver où et comment leurs chemins se sont déjà croisés.

Déborah Lévy-Bertherat signe une belle histoire d’amour, de mémoire, d’enfance et de deuils irrésolus. Une histoire qui nous rappelle que tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir… Et, inversement, que l’espérance fait vivre. Que tout est toujours possible tant que le point final n’est pas écrit.

Commande en ligne / Commande de l'ebook

14:44 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Romans | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : amour, mémoire, souvenirs, guerre, deuil |  Facebook |

02/05/2015

On est encore aujourd'hui, Véronique Janzyk, Onlit Editions

onestencore.png

 

D’où vient ce sentiment de tenir davantage à toi mort que vif ? Du fait que c’est ce qu’il reste, tout ce qu’il reste encore : éprouver ce sentiment infini, inaltérable, renouvelé.

La narratrice se souvient de Michel. Ils s’étaient rencontrés lors d’une conférence sur le thème du récit de vie. Le soir même, Michel lui avait laissé un message sur son répondeur : « Pourrions-nous êtres amis ? » Et c’est ainsi qu’avait commencé cette relation particulière basée sur le partage d’émotions communes : entre échanges de livres et séances de cinéma. Michel disparu, c’est encore dans les salles obscures que la narratrice le retrouve le mieux, choisissant les films pour deux, laissant un siège vide à son côté. Perpétuant le partage au-delà de l’absence.

Un texte sensible et juste.

Commande en ligne / Commande de l'ebook.

14:39 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Onlit éditions, Romans | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : deuil, cinéma, amitié |  Facebook |