10/04/2015

La Saison des mangues, Cécile Hughenin, Héloïse d'Ormesson

saisondesmangues.jpg

 

Radhika, Anita, Mira. Trois générations de femmes exilées par mariage, amour ou idéal.

Radhika est née en Inde. Son père la marie à un major anglais qui lui fait comprendre dès la nuit de noces qu’elle devra s’adapter. Radhika devra dénouer son sari pour enfiler des corsets, abandonner les traditions de son pays pour adopter les usages européens. Son mari lui interdira même de transmettre sa culture et son histoire à sa propre fille.

Anita est née en Angleterre. Elle ne découvrira son pays d’origine qu’à l’âge de 14 ans. Les saris, les épices, la langue, tout l’émerveille. Dans l’avion qui l’y emmène, elle fait la connaissance d’un jeune homme qui la séduit d’emblée. « François, français », il n’en faut pas plus pour la faire rêver. Quelques années plus tard, mariée, elle le suivra, lui et sa folie, par amour, à Paris.

Mira est née en Inde sous de mauvais présages auxquels sa mère n’a pas voulu croire. Elle a grandi à Paris, a tourné le dos à ses origines, jusqu’à rejeter son prénom. Mira se fera appeler Mari (sans « «e »).  A 19 ans, elle s’engage dans un projet humanitaire en Afrique. Trois ans plus tard, elle disparaît mystérieusement.

La Saison des mangues, premier roman de Cécile Huguenin (74 ans), est un récit fort, bouleversant, envoûtant. On le quitte à regret, les larmes aux yeux et, pourtant empli d’une étonnante sérénité.

13:41 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Héloise d'Ormesson, Romans | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la saison des mangues, femmes, exil, inde |  Facebook |