16/12/2014

Juste une fois, Alexandre Jardin, Grasset

https://www.youtube.com/watch?v=bVRlfZ1bV5Q

Fameux « teaser » en bon Français ! Tu te demandes pourquoi cet envoi ?

 

Eh bien, il est à la base de l’achat du livre d’Alexandre Jardin.

 

Cette  chanson passait  à la radio, dans la voiture, et mon épouse s’est rappelée  avoir entendu, à Vivacité « le 8 – 9 » une entrevue entre Alexandre Jardin et Benjamin Maréchal.

 

En France, il recevrait des reproches : des lecteurs  trouvaient dommage que le roman comporte beaucoup d’expressions québécoises !!!

 

Mais bon sang, un roman est crédible et vivant s’il est écrit en langue locale !

 

C’est suite à cette réflexion ( nombrilisme parisien, pas de doute)  que je me suis dit que, celui-là, je l’achèterais.

 

De plus, quand j’ai appris qu’il se passait aux alentours du lac Masson *, il n’y avait plus de doute, je le lirais.

 

Bon, ça, c’est le préambule. Ce que tu attends, c’est un avis de ma part non ?

 

Eh bien, j’ai lu le livre en 2 jours (bon, je suis retraité, d’accord). Mais il me plaisait bien. C’est vrai qu’on y parle plus Québécois que Français de Paris. C’est tant mieux : on s’y croirait. J’ai lu les remerciements de l’auteur, je veux bien le croire : il a fait relire par des personnes  du cru.  Entre nous, n'oublie pas que j'avais fait une remarque à Armel Job quant à ses expressions traduites en Français du wallon  dans la malédiction de l'abbé Choiron)

 

L’histoire est gentillette, proche de Levy ou Musso, si tu vois ce que je veux dire. Ça pourrait donner un bon petit film américain du nord aussi.  Style « l’amour dans de beaux draps » (sibling rivalry en VO). J’ai bien aimé certains Levy d’ailleurs, quand on se laisse prendre par l’histoire, dans un transat’ en vacances.

 

Le moins bon, c’est que la fin me laisse sur la mienne. Drôle de phrase : relis, tu comprendras J.

 

J’ai l’impression que Jardin s’essouffle. Il semble bâcler les dernières pages. Je n’ai même pas eu les larmes aux yeux, ou la gorge sèche ; c’est un signe !

 
  • Sainte-Marguerite du Lac Masson : lieu où est née Chantal qui a tenu le café « la Belle Province » à Bossière. Chantal était LA Québécoise avec son accent, ses expressions, sa joie de vivre. Elle a remis son commerce suite à une divergence de vue avec le propriétaire des lieux.

Jacquy.

12:46 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Grasset | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : l'avis de jacquy, grasset |  Facebook |

01/02/2014

"L'éveil de mademoiselle Prim", Natalia Sanmartin Fenollera, Grasset

eveil.jpg  commander en ligne

 

Prudence Prim, jeune femme intelligente et bardée de diplômes, est attirée par une petite annonce recrutant une bibliothécaire pour faire du rangement dans celle d'un "gentleman" vivant avec enfants et chiens. Elle arrive à son grand étonnement dans un charmant village vivant en marge de la société moderne. Les parents, par exemple, donnent cours aux enfants en fonction de leurs connaissances, les auteurs grecs et latins étant privilégiés aux auteurs contemporains. La communauté essaie de vivre en autarcie et prône certaines idées qui heurtent mademoiselle Prim, habituée à une vie plus moderne.  Il s'en suit entre cette jeune femme et son patron, l'homme au fauteuil ainsi qu'il est dénommé dans le livre, de nombreuses discussions parfois houleuses car les points de vue ne sont pas les mêmes.

Une histoire bien agréable qui ne va pas jusqu'à l'histoire d'amour, comme on le craint à certains moments, mais qui nous donnent à réfléchir sur notre société hyper moderne qui passe peut-être à côté de l'essentiel. Les personnages sont attachants même si celui de Prudence Prim, à certains moments, énerve quelques fois par son côté un peu trop rigide.

Un livre à lire au coin du feu pour se délasser tout en apprenant quelques mots de vocabulaire au passage et qui donne aussi l'envie de se faire une liste de lectures.

 

17:05 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Grasset, Romans | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : grasset, romans étrangers, roman |  Facebook |

11/12/2012

Une place à prendre, J.K. Rowling, Grasset

place.gif

Fan d'Harry Potter et intriguée par les critiques assez virulentes contre ce livre, je me suis plongée dedans.

Malgré un début difficile dû à la description en chaîne des personnages du livre, j'ai accroché à l'histoire.

Un joli village anglais s'est vu imposé la construction d'une cité sociale à ses frontières et depuis lors plus rien n'est pareil à Pagford. Le conseil paroissial doit accepter de voir des citoyens peu "reluisants" arpenter leurs jolies petites rues pour aller au centre de désintoxication et des enfants mal élevés s'asseoir aux mêmes bancs que leurs chérubins. Mais un membre influent et pro-cité vient à mourir et c'est l'occasion pour tout ce petit village d'essayer de placer à ce siège un "anti-cité".

La description des personnages est vraiment un point fort de Rowling et même si le côté social du livre n'est pas spécialement amusant, j'ai été touchée par le roman.

Oui il y a quelques longueurs et tout n'est pas toujours subtil mais après sept tomes de Harry Potter, je trouve personnellement que J.K. Rowling a été très courageuse de se remettre à écrire quelque chose d'absolument différent. On l'attendait au tournant, je trouve qu'il n'est pas si mal pris.

12:41 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Grasset | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : auteur anglais, grasset, roman |  Facebook |

17/07/2011

Retour à Killybegs, Sorj Chalandon

auteur français, grasset, rentrée 2011, roman

Sorj Chalandon est un auteur attachant, il y a quelques années nous vous avions certainement recommandé "Le petit Bonzi" ou "Une promesse" tous deux édités chez Grasset et désormais en Livre de poche. Il a également édité "Mon traitre" et "La légende de nos pères", romans que je n'ai pas lus mais dont on dit beaucoup de bien.

Lors de la présentation des nouveautés Grasset en juin, Sorj Chalandon était présent. En parlant de son roman, il avait les larmes aux yeux car il parle d'une histoire d'amitié trahie. Sujet déjà évoqué dans "Mon traitre" mais ici son but était de se mettre à la place de son ami et d'essayer de comprendre pourquoi il a fait ça et ce qu'il pouvait ressentir en trahissant ses amis, son peuple, sa cause.

Nous suivons donc Tyrone Meehan dans les méandres de la guerre d'indépendance d'Irlande depuis son enfance dans les années 30 jusqu'en 2006, année où l'accord de paix entre IRA et le Royaume-Uni a été signé. Ce livre parle donc de cette guerre et nous en rappelle les évènements marquants depuis l'Insurrection de Pâques 1916, en passant par les attentats perpétrés de part et d'autre de la frontière entre l'Irlande du Nord et la république d'Irlande ou encore la mort des grévistes de la faim en 1981.

Au travers d'un journal que Tyrone aurait tenu durant les derniers jours de sa vie, les sentiments ambivalents du traitre se font jours. Comment se regarder dans une glace quand sa femme et ses amis le prennent pour un grand héros alors que lui va raconter les projets de l'IRA à l'ennemi. Peut-il réellement protéger les combattants de l'IRA en les dénonçant? Peut-on trahir en y mettant des conditions?

Ce roman nous engouffre dans cette guerre de religion violente qui s'est terminée récemment mais dont des soubresauts nous arrivent encore aux oreilles lorsque les marches orangistes traversent certains quartiers de Belfast en été.

Un roman à lire sans aucun doute.

Laurence

 

14:31 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Grasset, Romans | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : auteur français, grasset, rentrée 2011, roman |  Facebook |

20/04/2011

"Quand souffle le vent du nord", Daniel Glattauer

Cette comédie romantique construite sous la forme d'échange de mails entre une femme et un homme vient de sortir en poche. Elle avait plu à plusieurs lectrices qui fréquentent la librairie. Je leur signale donc que la suite vient de sortir chez Grasset sous le titre La septième vague", où l'on voit Emmi reprendre miraculeusement ses échanges épistolaires avec Léo Leike revenu de son exil à Boston

 

vent.gifvague_.jpg

 

 

 

12:02 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Grasset, Livre de poche, poche | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : grasset, nouveauté, poche |  Facebook |