09/03/2016

La Grande Arche, Laurence Cossé, Gallimard

arche.png

Il existe à travers le monde une légende presque universelle, selon laquelle on ne peut pas construire un monument si un être humain n’est pas sacrifié. Sinon, le bâtiment s’écroule, et s’écroule toutes les fois qu’on essaye de le remonter. Pour conjurer cette malédiction, il faut emmurer quelqu’un vivant dans les fondations. On recense plus de sept cents versions de cette histoire. Celle de la Grande Arche de la Défense est la plus récente.

25 mai 1983. Le lauréat du concours international d’architecture Tête-Défense est dévoilé. Stupeur : il s’agit d’un parfait inconnu, Johann Otto von Spreckelsen. Un Danois, inconnu même de sa propre ambassade à Paris. A son actif : sa maison et quatre églises. La France croit a de la modestie, ce n’est que pure vérité. Ce malentendu entre Spreckelsen le Danois et les Français sera le premier d’une longue série.

Spreckelsen est un artiste, un esthète. Son monument, il entend bien qu’il soit conçu comme il l’a rêvé. Il n'accepte pas les impossibilités techniques qu'on lui notifie et ne comprend pas le fonctionnement français qui change constamment les règles du jeu au gré des luttes politiques. Désillusionné, désenchanté, Spreck verra son projet lui échapper, du moins le ressentira-t-il ainsi.

Laurence Cossé retrace la construction de cette arche et le destin tragique de son concepteur dans un roman-document passionnant, nourri des témoignages des intervenants de l’époque qu’elle a pu rencontrer. Un récit haletant, qui se dévore et laisse des traces.

Commande en ligne / commande de l'ebook.

10:40 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Gallimard, Romans | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paris, architecture, document, politique |  Facebook |

11/04/2015

Romans pour petits lecteurs-voyageurs : Chien Pourri à Paris, Colas Gutman/Marc Boutavant, Ecole des Loisirs et Cap sur Tadoussac, François Beiger/Guth Joly, Belin

Chien pourri a Paris.jpg

 

Chien Pourri et Chaplapla sont de retour pour une nouvelle aventure. Cette fois, nos deux compères décident de visiter Paris. C’est parti pour un Poubelle-Tour qui les emmène de Montmartre aux Folies ménagères, en passant par Notre-Drame et le métropolichien. Les deux amis au grand cœur parcourent la ville, alliant tourisme et générosité en aidant un petit garçon à retrouver sa maman.

Commande en ligne.

 

Tadoussac.jpg

Les plus aventuriers remonteront le temps jusqu’au 17ème siècle et mettront le Cap sur Tadoussac au Québec en compagnie de François-Henry et Pierre-Esprit. Le premier est le fils du Comte de La Tissière ; le second, un orphelin recueilli par la comtesse, qui l’a élevé comme son propre fils. Les deux garçons, fascinés par le récit des expéditions menées en Nouvelle-France par le comte et l’explorateur Samuel de Champlain décident de tenter eux aussi l’aventure. A l’insu de tous (ou presque), ils vont planifier leur départ et embarquer sur le navire du Capt’ain Croc pour travers l’océan.

 

Le roman est complété par un petit cahier documentaire.

 

10:30 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Ecole des loisirs, Litttérature de jeunesse, Romans | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chien pourri, paris, québec, voyage, amitié, aventure |  Facebook |

05/04/2011

"Rose" - Tatiana de Rosnay

 

index.jpg

Rose est une dame d'une soixantaine d'années qui, pendant que les travaux d'embellissement d'Haussman menacent son quartier, nous raconte par des lettres adressées à son mari décédé quelle fût sa vie. Faisant cela, elle remonte le temps et met au jour à la fois le Paris de son enfance et ses vieux métiers oublliés en même temps que sa vie de femme, entre enfance malheureuse, mariage heureux et quotidien serein de petite bourgeoise. Ce sont des histoires d'amour qu'elle nous livre: celui qu'elle éprouvait pour son mari, celui de cette maison dans laquelle il avait toujours vécu qu'il lui a fait promettre de ne jamais quitter...quelles que soient les circonstances. C'est alors le visage d'une dame déterminée qui apparaît alors au lecteur. Qui sera plutôt une lectrice.

En effet, ce roman ma foi bien écrit est plutôt réservé à un public féminin puisqu'il traite à la fois de moments-clé de la vie féminine (accouchements,...) ainsi que d'intérêts plus légers tels que toilettes, organisation d'un ménage, fleurs et parfums. Son intérêt réside selon moi dans la description d'un Paris-village oublié et d'une époque particulière, celle des grands bouleversements qu'a connu le Second Empire. Par ailleurs, on y retrouve la "patte" de Tatiana de Rosnay, celle que l'on rerouve dans d'autres de ses romans, notamment dans "Elle s'appelait Sarah", à savoir que l'auteur aime construire son récit à partir d'un lieu de vie précis, généralement un appartement, qui peut être considéré comme un pesonnage à part entière.

 

Cynthia

 

Tatiana de Rosnay, Rose, éd. Héloise d'Ormesson, 21,70 euros

10:54 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Héloise d'Ormesson, Romans | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : romans feminins, société, paris |  Facebook |