01/04/2017

Deux bandes dessinées rendant hommage aux peintres : "Natures mortes" (Dargaud) et "Monet. Nomade de la lumière" (Lombard)

natures mortes.jpg

Une lecture de circonstances en ce premier jour d’avril ! En effet, Zidrou et Oriol nous proposent une histoire mystérieuse où l’on vogue entre fiction et réalité, à la fois doutant de la véracité des faits exposés et tenté de croire à l’étrange destin d’un peintre catalan méconnu : Vidal Balaguer.

Né le 7 janvier 1873 à Barcelone, Vidal Balaguer est l’un des représentants les plus talentueux du modernisme catalan. Comme nombre d’artistes de l’époque, Balaguer mène une vie de bohême. Un temps financé par son père, il se retrouve criblé de dettes le jour où celui-ci lui coupe les vivres. Balaguer refusant de vendre ses toiles, sous prétexte qu’elles sont une partie de lui-même, est poursuivi par ses créanciers, mais aussi par la police qui le suspecte d’avoir tué sa maîtresse et muse, Mar Monzo. Les disparitions inexpliquées se succèdent autour de Balaguer, le plongeant dans une angoissante confusion et le poussant aux hypothèses les plus folles.

Deux pages explicatives en fin d’album décrivent le parcours de ce peintre atypique, tombé dans l’oubli.

Natures mortes, Zidrou et Oriol, Dargaud.

 

monet lombard.jpg

Autre peintre, de renom celui-ci : Monet est mis à l’honneur par Salva Rubio et Efa. Ceux-ci lui ont consacré un superbe roman graphique. Retraçant la vie du peintre et, à travers elle, l’histoire du mouvement impressionniste, ils offrent au lecteur curieux une belle introduction au personnage et à ses tableaux. Les deux auteurs ont également eu la bonne idée d’ajouter quelques pages très intéressantes présentant leur démarche en mettant en vis-à-vis leurs planches et les tableaux de Monet, et argumentant leurs choix et partis pris.

Monet. Nomade de la lumière, Efa et Rubio, Le Lombard.

04/04/2015

Soucoupes, Obion et Le Gouëfflec, Glénat

Soucoupes.jpeg

Alors que la rencontre tant attendue entre terriens et extraterrestres se produit enfin, Christian est loin de partager l’enthousiasme de ses contemporains. Disquaire dans un monde où les disques n’intéressent plus personne, partagé entre sa femme, sa maîtresse, sa mère sénile et sa tante opiomane, il trouve son seul réconfort dans la contemplation d’une vénus au musée. Jusqu’au jour où un extraterrestre pousse la porte de sa boutique, à la recherche d’un disque de musique terrienne. D’abord agacé, Christian finit par se lier d’amitié avec cet être étrange venu d’ailleurs. De John Coltrane à Debussy, en passant par le porno et les tableaux de maîtres, Christian partage tous ses émois et ses passions avec son nouveau compagnon. En retour, celui-ci lui fait cadeau de divers instruments, dont l’un permet à Christian d’entrer littéralement dans les œuvres d’art…

Une histoire d’amitié improbable entre un anti-héros touchant et un extraterrestre muet, inexpressif et pourtant très attachant. Un album truffé de références et d’humour. Des couleurs lumineuses. De quoi égayer les journées maussades de ce début de printemps !

17:06 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Bande dessinée | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : soucoupes, uchronie, musique, peinture, extraterrestre |  Facebook |

27/11/2014

"Les singuliers", Anne Percin, "La brune" au Rouergue

Percin.jpgPont Aven 1888. Ce petit village du bord de mer à quelques kilomètres de Quimperlé (Finistère Sud) est devenu en quelques années le lieu de rencontres de très nombreux artistes peintres. Les peintres de plein air s'y donnent rendez-vous.

Hugo Boch, jeune artiste belge, fils d'une grande famille industrielle alliée aux Villeroy, y débarque à son tour. En rupture avec ses origines bourgeoises, il fuit également un certain académisme qui l’« étouffe » dans ces aspirations artistiques.

Il y fait la rencontre de nombreux artistes, dont un certain « Goguin » (Gauguin). Ce dernier l'introduit dans l'avant-garde, dont un certain Van Gogh, en « fuite » en Provence, est le maître scandaleux.

Mêlant  des personnages historiques et fictifs, ce magnifique roman épistolaire (correspondance entre Hugo, son ami d’enfance Tobias et sa cousine Hazel) nous plonge de façon très vivante dans l'époque des impressionnistes, de l'exposition universelle et des premières photographies

Laissez-vous transporter !

13:36 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Rouergue | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature française, rouergue, anne percin, impressionisme, peinture |  Facebook |