10/05/2017

Notre sélection de romans pour la fête des mères !

Nous avons fait une petite sélection de romans parus récemment et qui pourraient plaire à votre maman !

Il y en a pour tous les goûts !

Parmi ceux-ci, il y a ceux pour lesquels nous avons déjà fait un billet sur ce blog:

Pour les mamans qui aiment les romans d'amour et d'aventures !

bureau-jardins-étangs.jpg

Dont vous pouvez trouver le commentaire de Nadège ici

 

paramour.jpg

Un très beau roman d'une auteure que j'aime beaucoup ; je vous ai déjà présenté deux romans d'elle, dont Providence qui m'avait beaucoup émue. J'écrirai une petite note de lecture prochainement pour ce nouveau roman paru chez JCLattès en janvier.

 

Pour les mamans qui aiment les romans noirs !

calcaire.jpg

un roman noir dont nous vous conseillons la lecture ici. POUR RAPPEL, nous recevons l'auteure le mardi 30 mai à 19h30.

 

L'attente a été longue mais le voilà enfin, le nouveau roman de Fred Vargas !

fredvargas.jpg

 

Dans les nouveautés, nous avons encore ceci :

 

Pour les mamans qui aiment voyager 

hislop.gif

Magique : le nouveau roman de Victoria Hislop nous entraîne en Grèce sur les traces d'un amour perdu. Richement illustré, Cartes postales de Grèce fait chatoyer les couleurs de la Méditerranée. Dans sa boîte aux lettres, Ellie trouve, semaine après semaine, des cartes postales signées d'une simple initiale : A. Ces cartes ne lui sont pourtant pas destinées. Pourquoi lui parviennent-elles ? Qui est l'expéditeur ? Mystère. Portant l'éclat du ciel grec et l'eau cristalline de la mer, ces missives sortent la jeune femme de sa morosité quotidienne.
Un jour, elles cessent cependant d'arriver. Ellie se sent délaissée, privée de cette bouffée d'oxygène qui la faisait rêver et voyager. Elle prend alors une décision : découvrir ce pays par elle-même. Le matin de son départ, Ellie reçoit un carnet par la poste. L'odyssée d'un homme, le fameux A, y est racontée. Celui-ci observe avec tendresse et générosité les Grecs, leurs coutumes, et ce qui fait le sel de leur quotidien.
Derrière ses observations et ses savoureuses anecdotes se dessine le portrait d'un homme blessé. Pourrait-il encore croire en l'amour ?

 

Pour les mamans qui aiment l'humour déjanté et un peu noir !

icecream.jpg

Nadine Monfils est une artiste belge iconoclaste. Auteur de plus de 60 romans, elle a été l'une des premières femmes publiée à la "Série Noire". Elle a aussi écrit et réalisé un long-métrage, Madame Edouard, avec un casting prestigieux. Elle a reçu de nombreux prix dont le prix Polar au salon Polar & Co de Cognac et le prix Saint-Maur en poche, de la Griffe Noire, pour l'ensemble de son oeuvre. Après Mémé Cornemuse, héroïne récurrente dont la première aventure a connu un immense succès en librairie, Nadine invente un nouveau personnage barré, promis à de nombreuses aventures, Elvis Cadillac.

 

Pour les mamans qui aiment les animaux !

jules2.jpg

Et si maman n'a pas encore lu le premier tome de Jules, il vient de passer en poche !

jules1.jpg

Jules, c'est un chien pas comme les autres puisqu'il est guide pour aveugle. Une belle histoire comme sait nous les conter Didier van Cauwelaert !

 

 Pour les mamans qui n'ont pas beaucoup de temps mais qui aiment lire un peu le soir

voici deux recueils de nouvelles :

mazetti.jpg

À  la question "Êtes-vous mariée?" l'auteure du «Mec de la tombe d'à côté» clame volontiers : "Je suis entre deux mariages…" Ces «Petites histoires» pleines de malice et de dérision vous le diront, on a toujours mille et une raisons de divorcer – ou de le regretter !

michellambert.jpg

Michel Lambert nous fait pénétrer à nouveau dans l'univers chancelant des couples ou des compagnons de route improbables, des secrets douloureux à retardement, des derniers pas que promènent, au fil d'un poignant chant du cygne, ceux qui ne pourront plus jamais se retrouver comme avant, dans l'illusion ou le fantasme, soudain surpris par l'éternel lendemain et sa lumière trop forte et trop blanche.

Un auteur que j'aime beaucoup et qui est déjà venu quelques fois à la librairie: c'est ici pour les détails.

 

 Pour les mamans qui préfèrent les poches.

Bussi.jpg

Pour les mamans qui aiment les suspenses.

Eté 1989. La Corse, presqu'île de la Revellata, entre mer et montagne. Sur cette route de corniche, au-dessus d'un ravin de vingt mètres, une voiture route trop vite et bascule dans le vide. Une seule survivante : Clotilde, quinze ans. Ses parents et son frère n'ont pas eu la même chance. Eté 2016. Clotilde revient pour la première fois sur les lieux du drame, accompagnée de son mari et de sa fille adolescente.
Elle veut profiter de ces vacances pour exorciser le passé. C'est au camping dans lequel elle a vécu son dernier été avec ses parents que l'attend une lettre... de sa mère. Vivante ?

 

bojangles.jpg

Devant leur petit garçon, ils dansent sur "Mr. Bojangles" de Nina Simone. Chez eux, il n'y a de place que pour le plaisir et la fantaisie. Celle qui mène le bal, c'est la mère, feu follet imprévisible. Elle les entraîne dans un tourbillon de poésie pour que la fête continue, coûte que coûte. L'amour fou n'a jamais si bien porté son nom.

Pour les mamans qui aiment les histoires d'amour.

 

11/05/2016

Un club de lecture pour les ados.- Premiers comptes-rendus - Les lectures de Fanny

mercredi.jpgLa guerre des mercredis, Gary D. Schmidt, Ecole des loisirs.

 

S’il y a un élève du collège que Mme Baker, la prof d’anglais, ne peut pas voir en peinture, c’est bien lui, Holling Hoodhood.
Chaque mercredi, alors que la moitié de la classe de cinquième est dispensée de cours pour se rendre à la synagogue, et que l’autre moitié va au cathéchisme à l’église de la paroisse, Holling Hoodhood, qui n’est ni juif ni catholique, est le seul et unique élève à rester en cours avec Mme Baker.
Elle le lui fait payer. Cela fait plusieurs mercredis qu’il nettoie les tableaux, dépoussière les effaceurs, retire les toiles d’araignée, décrasse les fenêtres. Et voilà que Mme Baker s’est mis en tête de lui faire lire du Shakespeare ! Encore un stratagème pour le faire périr d’ennui.
Pendant que Holling Hoodhood découvre La tempête et s’aperçoit que Mme Baker est moins mauvaise qu’elle n’en a l’air, l’histoire des États-Unis suit son cours. Robert Kennedy se porte candidat à la présidence, la lutte pour les droits civiques prend de l’ampleur, la guerre du Vietnam fait rage… Nous sommes en 1968, et l’Amérique s’apprête à vivre l’une des années les plus violentes de son histoire

 Fanny qui a trouvé que l'histoire était jolie, pas simpliste. L'histoire de cet ado sur fond de guerre du Vietnam l'a touché et lui a donné l'envie de lire Shakespeare.

Elle a aussi apprécié l'écriture fluide qui facilite la lecture.

à partir de 12 ans

de stock à la librairie

couv-hiver.jpg

Un hiver en enfer, Jo Witek, Actes Sud

Pour se rassurer, Edouard aligne ses crayons de couleurs toujours dans le même ordre. Timide et peur sûr de lui, cet adolescent de 15 ans est victime, depuis son entrée au collège, de graves harcèlements. Pour supporter son calvaire, il s'évade sur la toile dans la peau d'un puissant avatar. Le jeune homme vit avec son père qu'il apprécie beaucoup à l'inverse de sa mère maniaco-dépressive qui est incapable de lui donner la moindre affection. Le destin s'acharne sur Edouard qui se retrouve, du jour au lendemain, orphelin de père. Désormais, il partage son existence avec sa génitrice qui, s'autoproclamant guérie, lui témoigne une attention aussi excessive qu'étouffante. S'ensuit un face à face cruel et sordide aux confins de la folie et de la mort.

Fanny avait très envie de le lire et elle n'a pas été déçue. L'histoire est très sombre mais c'est adapté aux adolescents. On ne comprend pas toujours ce qui se passe dans la tête du héro car tout est dit de son point de vue avec un vocabulaire et un langage très actuel mais cela lui a beaucoup plu.

à partir de 14 ans

pas de stock, à commander.

ayti.jpg

La dernière reine d'Ayiti, Elise Fontenaille-N'Diaye, Rouergue

C’est l’histoire d’une île paradisiaque qui fut longtemps habitée par un peuple doux qui n’aimait pas la violence. En 1492, trois grands bateaux accostèrent sur ses plages, et en descendirent des êtres bizarres à la peau claire… Par la voix du neveu de la dernière reine des Taïnos, Anacoana, Elise Fontenaille raconte le génocide du peuple des Taïnos lors de l’arrivée de Christophe Colomb aux Antilles…

 

L'écriture paraît un peu simple mais c'est pour faciliter la compréhension du sujet très dur abordé, celui du génocide du peuple Taïnos lors de la colonisation par Christophe Colomb et Barbe rouge . C'est une histoire très sanglante et triste mais ça ouvre les yeux sur la colonisation.
Fanny a beaucoup aimé et a envie de s’instruire sur la colonisation grâce à ce livre.

à partir de 12 ans

pas de stock, à commander

diable.jpgDe la part du diable, Alina Basso, Thierry Magnier

A seize ans, il est temps pour Dorothe, fille d’une famille aisée, de se marier. Son nouvel époux, beaucoup plus âgé qu’elle, fait toutefois montre de prévenance et soutient sa jeune femme dans le dépaysement que lui procure leur installation au nord de la Norvège, où il va exercer en tant que magistrat. Elen a seize ans également, et vit depuis toujours là où Dorothe arrive. Fille d’une femme célibataire aux nombreux enfants, elle en a hérité la forte personnalité et le don de soigner les gens. Rien ne prédisposait Dorothe et Elen à se rencontrer. Et pourtant, parce que le nouveau roi de ce petit comté a décidé de chasser les sorcières, et parce que les événements s’enchaînent inéluctablement et sans espoir, les deux jeunes filles seront amenées à se côtoyer pendant quelques jours, avant que l’une d’elle ne s’en aille…

 

L'histoire est écrite à la première personne – déstabilisant car il y alternence entre deux filles – Dorothée et Ellen.
Parle de la sorcellerie –On est transporté dans le temps et l’espace puique que cela se passe au 17°S
écriture un peu bizarre impression que phrases pas terminées,  c'est sans doute dû à la traduction.
La fin est très poétique, surprenante et étrange mais c'est très beau.

A partir de 15 ans

pas de stock, à commander

 

 

 

 

 

 

 

 

 

06/03/2015

Hope, de Xavier Deutsch, éditions Mijade

hopex.jpg

Hope c'est le prénom que Joseph donne à la Pin up du mois du calendrier affiché dans le garage de Monsieur Carlson. Nous en 1952 dans le Wyoming et Joseph Pettersen est fasciné par cette jeune fille qui, au contraire des autres jeunes filles du calendrier, n'a pas l'air d'être heureuse de poser en tenue légère.

Fort de ce sentiment et poussé par sa famille et ses amis, Joseph va essayer de retrouver la trace de Hope et la ramener dans sa petite ville où elle devrait, selon lui, trouver sa place.

Même si l'action se passe en 1952, le thème du livre peut tout à fait parler à des jeunes de notre époque car il véhicule l'idée qu'on peut aller jusqu'au bout pour réaliser un objectif et qu'il faut parler pour exprimer ce que l'on ressent.

L'auteur distillant également quelques éléments d'histoire des Etats-Unis en mentionnant le racisme envers les noirs, le maccarthysme et sa chasse aux sorcières comme on disait à l'époque, on est moins bête à la fin du roman.

Roman qui est d'ailleurs bien écrit avec des passages très poétiques qui porte vraiment le lecteur.

Une belle lecture.

Commande en ligne

13:53 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Litttérature de jeunesse, Mijade, Romans | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : auteur belge, romans, jeunesse |  Facebook |

26/06/2014

"Les diaboliques", Vincent Engel, Ker éditions

Diaboliques Engel.jpg1855, dans la campagne française. Lucie et Fabian se connaissent depuis l'enfance. A l’adolescence, leur amitié se mue en parfaite idylle amoureuse.

Ils se préparent à un mariage approuvé par tous et qui ferait en outre les affaires de leurs deux familles respectives ; des exploitants agricoles d'un côté, des négociants en viande de l'autre.

Pourtant, alors qu'ils s'apprêtent tous deux à fêter leurs dix-huit ans, un terrible secret réduit leurs projets à néant !

Qui est réellement ce curé de paroisse qui leur révèle ce secret ? Pouquoi Fabian échoue-t-il chez le richissime Gustave Morgan ? Quel est cet étrange vagabond qui surgit de nulle part ? Pourquoi s’entêter à épouser Viviane ? Quel but poursuit donc cette intraitable  Marie ?

Dans ce roman en cinq actes, un drame complexe se déroule sous vos yeux. Chaque partie vous trouble par mille et une pirouettes qui broient littéralement le destin des personnages et vous obligent à suivre le fil narratif sans le lâcher.

Meurtres, laideur, douceurs et beauté s'arrachent la vedette. Rien n’est acquis, tout se transforme jusqu’au mot de la fin… pour quelle vérité ?

Installez-vous confortablement et lisez ce bijou de prose littéraire lumineuse, d’un travail d’écriture sublime.

Orchestration magnifique de Vincent Engel, pour une confession diabolique !

A lire absolument, vraiment.

Un titre de la toute récente maison d'éditions belge "Ker éditions".

 

14:15 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Ker éditions, Romans | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ker éditions, littérature belge, auteur belge, romans |  Facebook |

16/06/2014

Le Collier rouge, Jean-Christophe Rufin, Gallimard

collierrouge.jpg

Ce très court mais très beau roman de Jean-Christophe Rufin, se passe durant l'été 1919 dans le Berry.

Dans une caserne désaffectée et transformée durant la guerre en prison pour soldats réfractaires, Jacques Morlac, décoré de la légion d'honneur pour actes de bravoure, attend son jugement. Il s'est déshonoré en accrochant sa médaille au collier de son chien. Lequel hurle à la mort sur la place écrasée de soleil.

Son juge, Hugues Lantier du Grez, lui-même ancien de la Grande guerre, doit décider de son sort mais non sans avoir d'abord chercher à comprendre pourquoi ce soldat a commis cet acte.

Un roman puissant sur la fidélité, l'amour et l'horreur de la guerre.

Vous pouvez également le commander en ligne.

 

22:20 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Gallimard, Romans | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature française, romans |  Facebook |

Deux livres de poche pour les vacances

livre de poche, littérature étrangère, romansUne place à prendre de J.K. Rowling, auteure de la série Harry Potter.

J'en avais parlé ici et vous pouvez commander l'ebook sur Librel.

 

 

 

livre de poche, littérature étrangère, romansSortie en poche très attendue pour le roman du jeune auteur suisse Joël Dicker. Il s'agit bien évidemment de "La vérité sur l'affaire Harry Quebert". Ce roman qui a reçu quelques prix littéraires dont le Prix de l'Académie française en 2012 nous raconte l'histoire d'un jeune auteur qui a connu le succès dès son premier roman mais qui n'a plus l'inspiration. Apprenant que son professeur de littérature est accusé d'un meurtre qu'il aurait commis en 1975, c'est à dire près de 30 ans plus tôt, le jeune auteur part enquêter sur ce meurtre.

Joël Dicker mêle habilement, enquête, suspense et réflexion sur la littérature dans une Amérique aux prises avec ses démons.

Vous pouvez également le commander en ligne, ainsi que l'ebook.

 

 

 

 

 

22:08 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Livre de poche, Romans | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : livre de poche, littérature étrangère, romans |  Facebook |

01/12/2013

Monsieur Optimiste, Alain Berenboom, Genèse éditions

berenboom.jpg

Voici le cinquième et dernier roman sélectionné pour le Prix Rossel 2013. Il est écrit par Alain Berenbom, auteur qui a déjà quelques romans à son actif, dont quelques policiers. J'ai d'ailleurs fait le compte-rendu de son dernier roman policier "La recette du pigeon à l'italienne" sur ce blog.

Le sujet de ce roman est tout à fait différent. Ici l'auteur parle de ses parents et de sa judéité.

Au décès de sa mère, Alain Berenboom a hérité de caisses contenant des archives familiales. Il lui faudra 10 ans pour se décider à les ouvrir et à reconstituer son histoire familiale, pour se donner enfin des racines plus profondes, devrais-je dire.

Ses parents d'origine juive, ont transformé leur nom après la guerre, ont vécu et élevé leur fils en bon Belge sans plus faire référence à leur vie antérieure en Pologne pour le père et en Russie pour la mère.  Ils n'ont jamais évoqué la famille perdue dans l'Holocauste même si la grand-mère en est revenue. Son père, surnommé "Monsieur Optimiste" vivait dans le présent et pour le futur, refusait de s'apitoyer. Il était, visiblement, un bon observateur du monde et c'est sans doute ce qui l'a sauvé durant la guerre.

Comme "Max, en apparence", "Monsieur Optimiste" est donc également un roman sur la recherche des ses origines  après l'Holocauste pour arriver à mieux se définir. Ce roman-ci m'a touché plus que celui de Nathalie Skowronek, peut-être parce que l'auteur parle de son père et que l'on sent qu'il y a un véritable amour envers cet homme qui a donné le meilleur de lui-même à son fils et aux autres.

Comme toujours, chez Alain Berenboom, il y a aussi de l'humour ce qui allège le propos.

 Peut-être aura-t-il le Prix Rossel 2013?