04/05/2015

Les fiancés, Déborah Lévy-Bertherat, Rivages

fiancés.jpg

 

Madeleine et Max se sont rencontrés à l’âge de 8 ans. La petite fille est tombée immédiatement amoureuse de ses cheveux noirs et de ses yeux de loup. Quelques années plus tard, ils se sont fiancés en cachette. Puis, Max est parti faire la guerre en Indochine, sans un au revoir. Il lui avait pourtant promis de la rejoindre pour la dernière danse au bal du 14 juillet. Mais il l’a laissée, sans un mot, et n’est jamais revenu.

Soixante plus tard, Madeleine commence à perdre la mémoire. Elle est placée dans une résidence : la Maison de l’Espérance. Là, elle n’en croit pas ses yeux : Max est revenu, elle l’a retrouvé, enfin. Elle semble si heureuse que le vieil homme qu’elle prend pour son ancien fiancé n’ose la détromper et se retrouve malgré lui dans la peau d’un autre.

René, quant à lui, est fils de garde-barrière. Enfant, il rêvait d’être conducteur de train pour rendre les gens heureux, jusqu’au jour terrible de ses 14 ans. René était marié à Giselle. Ensemble, il tenait un magasin de jouets et ils avaient une fille, Nadège. Giselle n’est plus et sa fille est aujourd’hui bien loin, mais René continue de lui écrire inlassablement les petites choses du quotidien. René se confie peu, mais il a bien des secrets : une maquette qu’il peaufine et dont il est le seul à connaître les détails cachés et un dossier blanc tout en haut de l’armoire auquel personne ne peut toucher.

René voudrait dire la vérité à Madeleine, mais comment lui expliquer sans lui faire de mal ? Et comment tout lui avouer sans qu’elle cesse de l’aimer ? Puis, René en est sûr : Madeleine, il l’a déjà rencontrée. Il reconnaît son regard de petite fille. Et il a besoin de ses confidences pour réveiller sa mémoire et retrouver où et comment leurs chemins se sont déjà croisés.

Déborah Lévy-Bertherat signe une belle histoire d’amour, de mémoire, d’enfance et de deuils irrésolus. Une histoire qui nous rappelle que tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir… Et, inversement, que l’espérance fait vivre. Que tout est toujours possible tant que le point final n’est pas écrit.

Commande en ligne / Commande de l'ebook

14:44 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Romans | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : amour, mémoire, souvenirs, guerre, deuil |  Facebook |

23/04/2015

Vide-grenier. Voyage dans la mémoire, Patrick McGuinness, Grasset

videgrenier.jpg

Patrick McGuinness est un écrivain britannique né en Tunisie et vivant au Pays de Galles. Dans ses veines coule du sang irlandais… et belge. Et c’est justement ses origines belges que l’auteur met à l’honneur dans ce Vide-grenier.

Fils de diplomate, Patrick McGuinness a suivi ses  parents au gré des affectations de son père (Iran, Venezuela, Roumanie…), mais son port d’attache reste encore aujourd’hui la maison de sa grand-mère à Bouillon. C’est là qu’il nous emmène pour un voyage dans la mémoire au cours duquel il se souvient de sa famille, des personnes qui peuplaient la ville quand il était enfant, des surnoms qui collent à la peau (un Pistache reste un Pistache même s’il a traversé l’Atlantique)…

Au gré d’anecdotes personnelles ou historiques, le lecteur fait la connaissance de Julia, Lucie, Eugène… et croise (plus ou moins heureusement) le chemin de Verlaine et Rimbaud, Léon Degrelle ou Simone Signoret.

Une manière de découvrir Bouillon sous un autre jour… et de voyager dans sa propre mémoire car, inévitablement, les évocations de l’enfance de Patrick McGuinness nous rappellent à nos propres souvenirs, nos absents, ces lieux disparus mais intacts au fond de soi, ce doux parfum d’enfance que l’on porte secrètement en soi, partout, toujours.

15:43 Écrit par Laurence - Librairie Antigone dans Grasset | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vide-grenier, patrick mcguinness, mémoire, souvenirs, enfance, belgique, bouillon |  Facebook |